Partagez | 
 

 Despair World - Oneshot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Masculin
Messages : 159

Feuille de personnage
Expérience (EXP):
2740/3500  (2740/3500)
Points de maîtrise (JOB):
550/22240  (550/22240)
Tarôt: La Mort (Death)




MessageSujet: Despair World - Oneshot Ven 3 Juil - 13:44




Les gens vivent tous pour en arriver finalement à un point inévitable. Peu importe le chemin que l'on prend, on finit toujours par atterrir de ce point A à ce point Z. Peu importe l'âge, peu importe la manière, peu importe comment votre vie se sera remplie au fil des printemps qui passent.. la fin est la même pour tout le monde. Mais certains sont plus fascinants que d'autres... ce sont les dernières secondes qui décident de la manière où vous allez arriver à ce dernier, final point. à cause de l'âge? à cause d'une maladie? Il y a autant de manières qu'il y a de personnes et de lieux. Mais certaines personnes sont vouées à être spectateurs de fin des plus étranges.

Le dé roula sur la table et afficha un dix-neuf. Les cinq camarades de classe autour de lui affichaient un air impressionné, alors que celui qui avait jeté le bout de plastique semblait n'en avoir strictement rien à foutre. Éparpillées sur la table se trouvaient des feuilles gribouillées d'un tas d'informations dans les écritures respectives de chacun, soigneusement (ou non) faites au stylo. Des informations de personnages...  ceci est ce qu'on appelle un Jeu de rôles traditionnel. Il n'y avait pas de plateau de jeu, juste un dé à vingt face et un tas de feuilles partout sur la table. Il y avait bien cinq personnes autour de lui mais... honnêtement, il se fichait de leurs visages. Il n'y avait rien d'intéressant à noter, aussi il les imaginais simplement comme des personnes non-colorées, sans visage particulier. Des formes abstraites, rien de plus. Il savait qu'il y avait deux filles et trois garçons, tous d'environs son âge d'après leurs voix. Ça faisait maintenant cinq mois que le club avait ouvert ses portes et il n'avait toujours pas regardé ses camarades de classe dans les yeux une seule fois. Un problème social sûrement, toujours est-il qu'il y avait très peu de gens qu'il était capable de regarder. Au final, leurs faces importaient peu, tout ce qui était intéressant était d'imaginer, s'évader dans un monde où les choses sont bien plus intéressantes que dans la vraie vie. Ce jeu de rôle auquel ils jouaient, Soul Eater Crysis, était particulièrement fascinant. Il incarnait un personnage du nom de Tyzy Ghostlinger, un type blasé à l'air cool, un personnage fier et drôle parfois. Il ne savait rien de ses autres camarades si ce n'était leurs personnages. La fille à sa gauche, Hibari, jouait un personnage du nom de Kumo Kô, une fille particulièrement gentille et dévouée, une « Arme démoniaque » comme on dit dans ce monde. L'autre fille jouait une femme forte et indépendante, une sorcière du nom de Keira Knowledge. Le garçon en face de lui jouait un personnage plus dégueulasse et gore, un démon du nom de Butcher. Le second garçon avait un tempérament très drôle et était un peu stupide aussi. Il jouait un personnage du nom de Caleb Dörner, mais celui-ci était mort durant la partie, aussi c'était lui qui avait pris la place de MJ. Enfin, le dernier jouait un personnage du nom de Lust, mais il était encore plutôt nouveau à cette histoire de JDR. Tous tournèrent la tête vers celui qui venait de jouer les dés, le propriétaire du zombie Shinigami, et actuellement celui qui avait les meilleurs dispositions dans cette game.

- Encore un haut nombre ! C'est incroyable, c'est comme si tu ne te loupais jamais !
- On va finir par lui mettre des malus, c'est plus fun, j'ai perdu mes deux jambes en me faisant flinguer au Railgun dans les toilettes avant de mourir de perte de sang !
- Hehe...
- Alors, quelle est ton action, Rin ? Je veux dire, Tyzy. Je résume la situation : Noah le sorcier domine le combat, il lui reste 401HP, tu peux attaquer, te défendre de la prochaine attaque....

Rin cligna des yeux et regarda sa fiche de personnage. Réfléchissant à l'action qu'il allait faire ensuite. Un brouhaha commença à se former autour de la table ; mais il n'entendait réellement aucune des voix. Elles n'avaient pas d'importance pour lui. Il ne réfléchissait qu'à comment faire avancer le scénario et rien d'autre. Quand soudain, l'une des paroles sortit de l'ordinaire. Une question qui n'avait pas sa place dans une partie de jeu de rôle. Cette phrase attira l'attention de Rin qui regarda par dessus sa feuille.

- Pourquoi il y a de la fumée ? Est-ce qu'il y a le fe--

Mais avant qu'il ne puisse terminer sa phrase, le camarade de classe de Rin tomba par terre, et les autres se levèrent paniqués, tentant de sortir de la salle de classe, d'autres allant au chevet de celui qui était tombé par terre. Rin resta à sa place et regarda en direction d'où provenait la fumée... il y avait un petit objet métallique au sol, mais sa vue se troublait et il avait de plus en plus de mal à voir de quoi il s'agissait. Jusqu'à ce que d'autres sons sourds ne se fassent entendre, et qu'un à un, les élèves du lycée ne tombent comme des mouches dans cette salle...


Il y avait une odeur qui lui titillait les narines. Une odeur qu'il ne saurait qualifier de bonne ou de mauvaise. Non, ce n'était pas ça.. il y avait une très bonne odeur, et une très mauvaise. L'une essayant de couvrir l'autre comme dans une sorte de combat de lion ; mais au final, les deux étaient parfaitement distingués. Une odeur nauséabonde et une merveilleuse odeur. Doucement les paupières de Rin s'ouvrirent, et l'image devint doucement de plus en plus clair. Des gouttes tombaient et s'éclataient sur le sol ; ses pieds nus trempaient dans une flaque. C'était la première fois qu'il voyait clairement le visage de l'un de ses camarades. En couleur, net, il pouvait voir toutes les formes de son visage : ses narines, ses yeux, sa bouche, sa coupe de cheveux... mais ce qu'il pouvait voir encore plus clairement, c'était ce ruisseau rougeâtre qui coulait de son crâne ouvert par la batte cloutée que Rin tenait encrée dans la cervelle de son camarade de classe. Il cligna des yeux, tournant ces derniers vers l'objet qu'il tenait dans ses mains. Aucun doute là dessus, le propriétaire de Caleb Dörner était mort. Ironiquement, il avait une clope au bec, de la même façon que son personnage avait quitté la scène. Rin lâcha l'arme et recula de quelques pas, ses pieds faisant des marques rouges au sol. Il s'inspecta : quelques tâches de sang un peu partout sur lui, mais il ne semblait pas avoir subit lui-même des dégats quelconques. Il n'avait qu'une légère douleur à la tête, probablement due au moment où il s'était écroulé au sol. Il tourna la tête vers le cadavre de son camarade, et un petit sourire se dessina sur ses lèvres.

- Qu'est-ce qu'il se passe ici...

Il s'accroupit devant lui et l'inspecta de plus près, faisant totalement abstraction de la mauvaise odeur qui semblait avoir été recouverte par de l'eau de Cologne. Cloué dans son plexus se trouvait la feuille de personnage du propriétaire. À y regarder de plus près... ses deux jambes n'étaient non-plus nulle-part. Cela rassura d'une manière étrange Rin, qui se dit qu'il ne pouvait pas possiblement être le meurtrier, étant donné qu'il n'avait pas de quoi amputer les jambes de l'élève. Par ailleurs, il doutait fortement avoir les capacités pour loger cette arme dans son crâne aussi. Il finis par se lever et par se retourner.. il y avait bien plus à voir qu'un seul corps. Ils étaient tous là, d'une manière ou d'une autre. Le corps de la propriétaire de Kumo avait été coupé et ré-arrangé pour former une sorte d'Arc ; la feuille de personnage baignant dans le sang en dessous de la sculpture humaine. Pourquoi est-ce que Rin était aussi calme dans cette situation ? Il n'en avait pas la moindre idée. Il était écoeuré, pour sûr. Il avait beau avoir l'air parfaitement calme, l'envie de vomir était particulièrement présente à cause de la vision et de l'odeur.. mais étrangement il ne se sentait ni intimidé, ni effrayé.. comme s'il s'agissait d'un puzzle à résoudre. Il était trop préoccupé à essayer de prouver à lui-même son innocence qu'il ne faisait pas vraiment attention au fait que ses camarades s'étaient fait tuer. Il progressa un peu dans la pièce: il y avait une immense flaque de sang au milieu d'un tas de bureau ; Rin les poussa pour découvrir qu'il s'agissait -probablement- du corps du propriétaire de Butcher. Celui là était... découpé grossièrement, démembré et écrabouillé probablement comme son personnage l'aurait fait à une personne. Là aussi, la feuille de personnage traînait au milieu de la bouillie humaine ; illisible. La porte du casier à côté était entrouverte. Rin hésita longuement à ouvrir celle-ci, mais se résigna à le faire finalement: il avait besoin de savoir si quelqu'un était encore en vie dans l'assemblée, il ne pouvait pas simplement quitter les lieux en laissant peu importe qui était le tueur, finir son travail. Cependant... il n'eut pas de chance avec ce cas là non-plus : une figure vaguement humaine, brûlée à vif, se trouvait là, dans le casier. Le corps était tellement brûlé qu'il était impossible dire de qui il s'agissait.. même la feuille de personnage n'était plus que des cendres. Quand soudain...

- T....Tyzy... ai..aides--....

Rin tourna la tête dans la direction opposée. Contre les portes coulissantes de la classe se trouvait une masse humaine. Quelqu'un était allongé là, couvert de sang, les jambes écartées. Rin s'approcha aussi rapidement qu'il le put... pour découvrir dans quel piteux état était le propriétaire de Lust. Son personnage était le genre de personnage très penché sur les histoires adultes, comme son nom l'indiquait... et cette même chose dont il se servait pour ces histoires, s'était faite violemment arracher d'entre ses jambes, ne laissant couler qu'un flot de matières dégoûtantes hors de là. Il avait également un pieux enfoncé dans le torse, mais il ne semblait pas avoir été assez enfoncé pour le tuer d'un coup. Il s'étouffait dans son propre sang et n'arrivait pas à parler... inutile d'être un expert pour voir que vu la quantité de sang qu'il avait perdu, il ne tiendrait pas très longtemps comme ça. Aussi, Rin fit passer ses priorités d'abord.

- Fubayashi, est-ce que j'ai fais ça ?
- L'H...L'homme au masque...... enfuis-toi... vite ! DEPECHES-T--


Un fracas se fit entendre, et une flaque de sang fut projetée au visage de Rin qui fermas les yeux par réflexe. Lorsqu'il les ouvrit... la porte était défoncée en deux, et un objet métallique traversait cette dernière pour finalement se loger dans le crâne de Fubayashi. Rin leva les yeux et vit à travers la brèche, un homme portant un masque de cafard. Il recula de quelques mètres, ses pieds trempant à nouveau dans une flaque de sang. L'homme musclé à la hache lança un violent coup de pied dans ce qui se trouvait devant lui, envoyant valser le cadavre de Fubayashi et les débris de la porte. Face à Rin se trouvait une personne qu'il voyait bel et bien en couleur... Un homme important avec un bras plein de scarifications, portant une hache ensanglantée et un sac-à-dos remplis de matériel de torture et autres outils de mise en scène. Rin continua de reculer au fur et à mesure que la brute avançait.. jusqu'à ce que son pied n'écrase ce qu'il restait de la jambe de son camarade tué à la batte cloutée. Rin réagit immédiatement et sortit l'arme du crâne de son camarade après plusieurs essais de force (le physique n'étant certainement pas son point fort). Il n'était pas fou, il n'avait aucune chance de battre de type, mais il devait survivre peu importe le coût. Mais il approchait de plus en plus, et il fallait maintenant faire quelque chose ou bien il allait terminer comme les autres. L'homme éleva sa hache, et il en profita pour lancer la batte aussi fort que possible vers son assaillant qui frappa le « projectile » aussi fort que possible avec son arme et la détruit en deux. La diversion fut assez efficace pour permettre à Rin de passer en dessous et commencer à courir aussi rapidement que possible à travers les couloirs du lycée. Mais tout ce qui attendait Rin était un parterre de corps d'étudiants allongés dans les couloirs.. contrairement aux autres corps, ceux-là avaient été faits de façon brutale et hasardeuse, comme s'il les avait tués aussi vite que possible en secouant sa grosse hache à droite et à gauche. Ça n'avait pas d'importance, il devait survivre, c'était trop tard pour eux de toutes façons. Traversant les couloirs, descendant les escaliers, Rin finis par arriver à l'entrée du Lycée, et il tenta alors d'ouvrir les portes d'entrée de l'institut.. sans succès, c'était fermé, et ce n'était certainement pas avec sa force de mouche qu'il allait être en mesure de faire quoi que ce soit. Il recula de quelques pas, grinçant des dents et tournant la tête pour voir s'il n'y aurait pas quelque chose dans la pièce qui lui permettrait de forcer sa sortie... mais ce qui trouva à la place, fut d'autres personnes portant des masques, s'approchant de lui tout doucement, armés d'armes différentes. L'un d'eux avait un masque de lapin et était armé d'une scie à métaux ; et l'autre avait un masque de crocodile et était armé d'un revolver. L'homme au masque de crocodile pointa son arme vers Rin qui se baissa juste à temps pour éviter la balle qui se planta dans la porte d'entrée du lycée sans même l'ouvrir. L'autre commença à marcher dans sa direction... il avait pourtant l'air en bonne santé, alors pourquoi ne courait-il pas ? Rin se posait la question, mais sous la menace d'un flingue, il n'allait pas réellement être en mesure de se demander ça longtemps. Il commença à courir aussi rapidement que possible vers le prochain couloir, passant outre les filets de ses deux assaillants, tout ça pour se retrouver nez à nez avec le masque de cafard. Derrière lui se trouvaient les deux autres... 

- ...Euh... on peut en discuter ?

Mais il n'eut pas de réponse, comme il s'y attendait. Plus ils approchaient et moins d'espace il avait pour s'enfuir. Ils n'étaient plus qu'à quelques mètres de lui quand il essaya de détruire la fenêtre avec des coups de poings, tout ça pour seulement se faire mal aux jointures. Il serra les dents, tourna les yeux vers ses assaillants. Il n'avait pas peur, mais il ne comptait pas non-plus accepter ce genre de destinée. Il y avait bien quelque chose à faire, n'importe quoi... 


En réalité il ne voulait tout simplement pas accepter qu'il avait perdu la partie. Il n'avait aucune chance et il le savait. Il n'était pas le genre de son personnage. Il n'avait pas d'Outsider, de quantité de vie illimité ou quoi que ce soit. Et contrairement à certaines personnes, il n'avait pas non-plus de pouvoir naturel pour se défendre. Ils n'étaient plus qu'à trois mètres... quand soudainement, l'homme à la hache sortit de son sac-à-dos une feuille de papier ensanglantée. Rin put reconnaître son écriture signée derrière la feuille. C'était « sa » fiche de personnage. Est-ce qu'il allait lui aussi finir d'une manière ironique à son personnage ? Il serra les poings et baissa la tête. Une fois de plus, les tueurs n'avaient plus l'air de rien d'autre que des masses vaguement humaines, décolorées. Quitte à mourir il préférait que ça soit comme il a vécu : dans l’ignorance. Un petit sourire se formait sur ses lèvres et il renfonça ses mains dans les poches de son pantalon. Quand soudain...


La vitre fut brisée. Quelque chose venait de la traverser.. quelque chose qui se logea directement dans le crâne de l'un des hommes masqués, celui au masque de crocodile. Tout les trois tournèrent la tête vers la vitre pour y remarquer une fine lumière rouge au loin. Est-ce que quelqu'un était réellement en train d'abattre ces hommes masqués ? Étais-ce un ami ou un ennemi ? Dans tout les cas, Rin compris immédiatement ce qu'il avait à faire : il courut en direction de l'homme au masque de crocodile, se jeta en avant et ramassa son revolver en même temps, et glissa sur deux mètres avant de pointer l'arme sur les deux tueurs restant. Les mains de Rin tremblaient, mais ce n'était pas dû à la peur... c'était de l'excitation. Immédiatement les deux tueurs se planquèrent dans deux salles à côté du couloir. Ils n'étaient pas loin... mais de là, Rin ne pouvait pas tirer. Il baissa les yeux vers son arme nouvellement acquise et tenta vainement de regarder combien de balles il restait dans le chargeur … cependant, c'est un étudiant normal, et il ne sait pas exactement comment ouvrir la chambre à balles. Tournant la tête vers la fenêtre sans pour autant se mettre dans sa ligne de mire ; Rin se disait qu'il ne lui resterait probablement pas beaucoup de temps avant que cette personne armée d'un sniper n'arrive. Si ça se trouve, il viendrait le liquider lui aussi... il ne pouvait pas laisser ça arriver. Il tourna les talons et commença à courir vers l'entrée du Lycée. Il allait enfin pouvoir se tirer de là.

- Tirer sur le loquet et...---


Un frisson lui parcourut l'échine. Par réflexe, il se jeta sur le côté ; tout ça pour voir la hache défoncer la porte, là où aurait du se trouver précédemment sa tête. Le souffle court, Rin se mis immédiatement debout et pointa le revolver en direction de l'homme à la hache... mais il était trop hésitant pour tirer, et le tueur profita de cette naïveté pour lui foncer dessus et lui lancer un grand coup de pied dans le ventre, l'envoyant s'écraser contre un mur à quelques mètres plus loin, de la salive s'échappant de la bouche de Rin qui commençait à se demander comment il s'en était sortit pour ne pas simplement recracher son déjeuner pendant le vol. Ouvrant les yeux, il remarqua que le revolver ne se trouvait plus dans sa main, mais à quelques mètres, derrière le tueur qui se rapprochait. Ses jambes lui faisaient mal, et sa douleur au ventre l'empêchait de bouger. Il respirait comme il le pouvait, mais les douleurs compliquaient cette pourtant si simple action. La hache s'éleva dans les airs... Rin fermas les yeux, et une voix résonna dans sa tête.

« Prétends simplement que tu es ton personnage »

Il ouvrit alors subitement les yeux, la hache se plantant dans le sol alors que Rin roula sur le sol, attrapa le revolver, se releva et sauta ; lança un coup de poing dans le dos de l'homme masqué en pressant la détente, une flaque de sang s'échappant de son torse et le couchant au sol. Rin, essoufflé, recula de quelques pas et s'adossa à une table en riant.

- Tyzy ne sait pas tirer avec un revolver, Haha...

Le coup avait été fatal. Un tir en plein dans le cœur. L'adrénaline était telle qu'il en lâcha l'arme par terre, ses mains tremblant comme des feuilles secouées par le vent. Il venait de tuer quelqu'un... et il ne se sentait pas coupable, pas même une seconde. Quand soudain, une épaisse main agrippa sa tête, et la scie de l'autre tueur se plaça sous sa gorge... mais n'atteint guère sa cible, car un coup de feu se fit entendre, et un balle traversa la tête du tueur qui s'écroula par terre, détruisant une table sous tout son poids. Rin tomba sur les fesses, cherchant son revolver aussi rapidement que possible, quand il remarqua une silhouette grisâtre aux portes du bâtiment. Peu à peu cette personne se colora. Il s'agissait d'un homme aux cheveux châtains, courts, portant dans ses mains un fusil. Rin attrapa le revolver et le pointa dans sa direction.


- Oi oi, on se calme gamine. C'est terminé. Tu dois être choquée de ce qu'il s'est passé mais tout va bien maintenant. Baisse ce joujou d'accord ? Comment tu t'appelles ?
- ...Tyzy Ghostlinger.
- ...C'est quoi ce nom stupide. C'est pas bien de mentir aux adultes. Quoi qu'il en soit, je suis de la police. Où sont tes camarades ?
- Ils sont tous...

L'homme se gratta la barbe et regarda le long de la pièce : il y avait une multitude de cadavres d'étudiants partout éparpillés sur le sol.

- Voila pourquoi les gamins devraient rentrer chez eux après les cours... on est encore arrivés trop tard. Et celle-la va en avoir pour toute une vie de thérapie...
- Je vais bien
- Comment tu pourrais aller bien !? Tout tes potes viennent de se faire...
- J'ai dis que j'allais bien. D'une certaine façon ça m'a paru naturel...
- Me dit pas ce genre de trucs flippants en braquant un flingue sur moi
- Ah, désolé.

Rin se releva et baissa le revolver. Beaucoup de policiers armés entrèrent alors à l'intérieur du bâtiment. C'était comme dans les films, lors des raids commando. Mais à la place, c'étaient des personnes avec des uniformes de policier. Le type au Sniper donna des ordres aux officiers puis soudain... une personne assez spéciale entra à l'intérieur du bâtiment. Un jeune qui devais sûrement avoir le même âge que Rin ; les cheveux hérissés, portant une chemise à carreaux, s'approcha de l'étudiant avec un air décontracté.

- Familière avec la communauté des Slashers ?
- Communauté des Slashers ?
- Oh, tu viens de les rencontrer ce soir. Alors, bouleversée ?
- Pas du tout, je vais bien.
- ...Dans ce cas tu es avec eux ?
- Ils ont essayé de me tuer, évidemment que non.
- Je déconnais, de toutes façons tu n'as pas ce qu'il faut pour tuer quelqu'un...

Le jeune homme regarda le revolver dans la main de Rin, et tourna les yeux vers le cadavre du tueur au masque de cafard.

- Quoi que...
- C'était de la légitime défense.
- Toujours est-il que t'as troué son cœur... comment tu te sens ?
- J'arrête pas de vous répéter que je vais bien, parfaitement bien. En fait...c'était même plutôt excitant.
- Hahin. Ils ont choisi une cible plutôt bizarre cette fois... est-ce que t'es le genre qui torture les animaux ou quelque chose comme ça ? Quoi que vu ta bouille d'ange ça m'étonnerais. Bien, va voir le commissaire, il va te donner un café et une couverture. Moi j'ai du travail.
- Du travail ? T'as l'air plutôt nain pour travailler dans la police...
- Ne te fie pas aux apparences, gamine.
- Gamin*
- ...Cette blague.

Rin posa le revolver sur la table et quitta les lieux, accompagné par plusieurs policiers. Cette nuit aura été pleine d'intensité... mais le jour commençait à se lever à travers ces nuages grisâtres. Cette nuit, Rin était parvenu à survivre. De tout les élèves restés dans le bâtiment ce soir là, il en était le seul et unique survivant... Il s'arrêta sur les marches et leva les yeux vers le ciel.. une fois de plus il était entouré de personnes sans visage...

---

- La communauté des Slashers... connue comme Slasher INC.. C'est une organisation terroriste, mafieuse, appelle ça comme tu veux. Des gens payent extrêmement cher pour voir des vidéos de personnes se faisant massacrer dans les pires manières possible. Les clients sont des excentriques, ou bien ils ont une haine envers les personnes qu'ils veulent voir se faire décimer. Pour ces tueurs, c'est à la fois un sport et une sécurité de ne pas se faire avoir par la police et pouvoir tuer en toute sécurité grâce à leurs sponsors. Ces vidéos apparaissent sur des réseaux privés sur Internet. Le massacre à ton école est le résultat de l'un d'entre eux... et on est arrivés juste à temps.
- ...je vois.
- « Je vois » c'est tout ce que t'as à dire ? Ce ne sont pas tes copains qui se sont fait transformer en pièce d'art ?
- Ce ne sont pas mes amis, je les connais à peine.
- Un forever alone hein.. ça explique des trucs. Dis-moi, t'en aurait pas profité pour tuer certains de tes camarades ?
- J'aurais dû ?
- Arrête de me prendre pour un con. Quoi qu'il en soit, tu vas être mis sous protection pendant un certain mom---
- J'en ai pas besoin. Je sais comment m'en sortir tout seul.


- Tu crois que les Slashers vont te laisser tranquille après ton petit numéro ? Tu vas être une cible de choix pour le client qui n'a pas réussi à te faire zigouiller.
- Vous n'avez pas compris. Je me fiche qu'on me court après... C'est la première fois de ma vie que j'ai l'impression de pouvoir faire quelque chose d'intéressant, et qui aide les autres en plus.
- Ne joue pas aux héros.
- Je veux éliminer la source
- Hah ?

Un sourire s'étira sur les lèvres de l'androgyne qui serra ses mains l'une contre l'autre ; ses paupières s'entrouvrant. Il avait un visage extrêmement calme.

- Laissez-moi participer à l'enquête

- Fin (?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Despair World - Oneshot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: fqzefqegg :: eqzgrggf-