Partagez | 
 

 Soul Eater Crysis : Arc "Soul Eater Nope!" partie 1 ↹ PUBLIC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Masculin
Messages : 159

Feuille de personnage
Expérience (EXP):
2740/3500  (2740/3500)
Points de maîtrise (JOB):
550/22240  (550/22240)
Tarôt: La Mort (Death)




MessageSujet: Soul Eater Crysis : Arc "Soul Eater Nope!" partie 1 ↹ PUBLIC Dim 22 Juin - 17:24


Aéroport de Death City. Le soleil est haut dans le ciel, il fait une chaleur agréable et les gens s'agitent un peu partout près du trottoir pour attraper les deux derniers taxis. Sortant de l'aéroport, un habitué du coin se gratte les cheveux et soupire en regardant à droite et à gauche, semblant quelque peu à l'ouest. Un autre homme ne tarde pas trop à venir le voir, lui aussi quelque peu désorienté par le voyage. Les deux se regardèrent un petit moment avant de tourner les yeux vers la route où ils regardèrent les passants attendre ceux qu'ils étaient venu chercher pour leur montrer le coin de la ville; ou encore ceux qui quittaient l'aéroport à bord de voitures jaunes qui s'en allèrent dans les différents quartiers de la ville. Mais quelque chose semblait... boiteux. Ces deux hommes avaient déjà une allure bien étrange : l'un était bourré de points de sutures un peu partout, ses yeux étaient d'une couleur dorée pure et il se baladait avec la moitié d'un kimono; le second avait une sorte de béret et un veston rouge et noir; marchant avec un énorme livre dans la main droite. Les deux hommes ne dirent rien pendant quelques minutes et se contentèrent de regarder les environs avec cette petite impression de dépaysement qui se faisait de plus en plus grande , mais encore insignifiante. Comme le silence commençait à peser lourd, l'un d'eux ouvrit la bouche et se mit à parler : il s'agissait du Shinigami, qui parlait sur un air quelque peu absent, les yeux tournés vers l'autre bout de l'aéroport.

- Sinon ta mission?.. ça s'est passé comment?
- Sans problèmes. Nonne cinglée ayant bouffé les âmes de tout les membres du couvent avant de bêtement me foncer dessus pour se faire trouer le crâne.. pas de difficulté vraiment. 'Toi?
- Extermination de corrompus déchaînés en Afrique.. 'faisait chaud, content d'être rentré.

Ils restèrent planté là, les mains dans les poches, à regarder les gens défiler. C'était tellement gênant comme situation : ils avaient tout les deux de plus en plus l'impression que quelque chose déconnait mais n'arrivaient pas à mettre la main sur quoi. Alors ils se contentèrent de regarder les gens discuter, s'échanger des souvenirs; ou encore écouter cette troupe de Mariacchi qui passait comme ça au milieu de la route avant de se faire renverser par un taxi. Ils restaient blasés, n'échangeaient pas un mot, ne quittaient pas la place non-plus; comme si leurs cerveaux étaient en train d'afficher un message "LOADING 5%..." et que la vitesse de connexion n'évoluait pas avec tant de vitesse que ça. Pourtant, ils commençaient doucement à remarquer des trucs : il y avait tellement plus de gens dehors que d'habitude, et tellement plus de taxis aussi, et ... l'un d'eux fini par voir ses doutes s'intensifier, un petit sourire désespéré apparut sur son visage alors qu'il était en train de doucement réaliser ce qui clochait ici.

- O-Oy Havy... t'es rentré comment déjà?
- ...En...ferry? et toi?
- ...En avion...?

Ils restèrent figés comme des pierres. La réalisation approchait à grands pas : le Shinigami tourna la tête doucement vers l'entrée de l'aéroport avec un air idiot; alors que le sorcier sortait de son portefeuille son ticket de bâteau.

- ....Depuis quand il y a un Aéroport et une station de ferry à Death City..?
- ...

En tandem ils levèrent la tête et réalisèrent quelque chose. Quelque chose qui se passait devant leurs yeux depuis tout à l'heure, et pas seulement : tout autour d'eux, et ce depuis des kilomètres déjà. Les yeux grands ouverts, comme si quelqu'un avait arraché leurs paupières; ils remarquèrent comme la ville paraissait extrêmement différente de la dernière fois qu'ils l'avaient vu, c'est-à-dire depuis ce départ en mission en masse de Shibusen il y a trois jours seulement. Les rues étaient clean, il y avait trois fois plus de routes, un aéroport, un ferry, des quartiers qui n'étaient même pas là avant... ce qu'ils avaient vu de la ville n'avait rien à voir avec ce qu'elle était il y a seulement quelques jours en arrière. Pourtant les gens semblaient agir parfaitement normalement, comme s'ils étaient déjà conscient que Death City venait de subir un relooking de la mort; que ces deux idiots étaient encore en train de regarder comme s'ils étaient encore dans leur propre sommeil.

- ...On a encore warpé de dimension, c'est ça, hein?
- ...Pourquoi tout est tellement moe-as-fuck ici!? pourquoi il y a des gens avec les yeux qui pétillent? depuis quand on a des voitures ici? et des routes et et... merde, est-ce qu'on a atterris dans K-On !?
- Ne panique pas! Peut-être que c'est une sorte d'illusion de la part d'un ennemi extrêmement puissant, ou peut-être qu'on a simplement versé des composants illicites dans mon café.
- Même si quelqu'un avait mis quelque chose dans ton bac de lave en fusion, ça aurait fini en cendres avant même de toucher la surface du liquide! merde, c'est pas possible, qu'est-ce qu'il se passe ici? où est-ce qu'on est!?
- Relax, tu vas t'en sortir.
- ..."Tu"
- Gotta go my planet needs me!
- CONNA---

Il n'aura pas eut le temps de finir son injure : le Shinigami regardait le sorcier s'envoler sous la forme d'un aigle d'or; incapable d'arrêter le piaf qui venait de le laisser à son pauvre sort. Il soupira, grinça des dents puis croisa les bras, commençant à réfléchir. Quelque chose dans ce genre était déjà arrivé par le passé... quelque chose que tout le monde avait oublié. Le Meister aux cicatrices se souvenait encore de ce jour où les informations délivrées à Shibusen par Liliha, avaient aboutis à ce retournement de situation incompréhensible.. ce jour où tout le monde avait tout oublié à propos d'Azulith. à bien y réfléchir, ce n'était pas la première fois que ça se passait là-non-plus : tout le monde avait tout oublié du massacre qui était arrivé ce soir de noël; où des milliers d'habitants perdirent la vie, et où Shibusen avait fait son comeback. Personne ne s'en souvenait, et plus encore, des gens qui étaient morts ce jour là étaient miraculeusement revenus à la vie.. ou plutôt, n'étaient jamais morts. Est-ce que la ville aurait aussi subit ce genre d'effets? c'était peu croyable : jusqu'à présent, le Shinigami était le seul à se souvenir des événements que tout le monde avait oublié; mais cette fois, le Sorcier s'en souvenait également. ça devait être autre chose.. mais rester là ne l'aiderait de toutes façons pas à savoir ce qu'il se passe ici. Se mordant légèrement la lèvre inférieure, il leva les yeux vers le point le plus haut de la ville qui avait l'air toujours à sa place : Shibusen.

---

- Anya Hepburn, hein? la petite nouvelle? quelle face de péteuse, sérieusement. Deux semaines ici et elle croit déjà pouvoir me parler comme à son voisin. Elle sait pas qui je suis!? j'ai un costard blanc et des lunettes de soleil noir, merde! on sent que je suis un personnage principal!
- T'as l'air en forme, Sugita.

Dans un bâtiment à Chicago, deux hommes se trouvaient là au milieu d'une pièce meublée très design et .. blanche surtout. Il y avait quelques canapés, un bureau plutôt flashy; des meubles assez chers et tout ça dans le respect des couleurs unies, donnant à cette pièce un certain sentiment d'ordre. Il faut dire qu'il n'y avait pas une feuille par terre et tout était ordonné comme il le fallait. Du moins.. presque tout : un homme aux cheveux blancs avec des lunettes de soleil se mettait à tourner dans sa chaise blanche en forme d'oeuf creusé, qui était incroyablement confortable; pour finalement s'arrêter d'un coup et poser ses deux pieds sur le bureau en tournant les yeux vers son invité du jour. Le type aux cheveux blancs se mit à sourire, un sourire farceur qu'il avait troqué contre sa mine rageuse d'il y a quelques secondes. L'homme en face de lui était un américain dans sa vingtaine, ayant à peu près le même âge que son interlocuteur albinos dont on ne voit jamais les yeux. Il était assis sur un canapé, triant des feuilles et replaçant son cigare dans entre ses lèvres en laissant s'échapper une bouffée de fumée, laissant ses yeux dériver sur les papiers officiels du Science Department; là où on pouvait voir de nombreuses fiches d'identités de nouvelles recrues; celles-ci se faisant de plus en plus nombreuses ces derniers temps.

- Dans tout les cas.. Grigori n'a pas chômé ces derniers jours. Tout les jours dans son labo à créer de nouveaux ADAMs pour toutes ces recrues... une vraie machine.
- Est-ce qu'on peut revenir dans le vif du sujet? celui où j'était en train de cracher sur cette petite conne blonde aux grands airs de madame.
- Je suis pas ta copine, j'en ai rien à cirer des ragots.
- John John John John.... tu te fais trop vieux à ton âge! la vie est longue, amuses-toi!

L'homme aux lunettes noires et a l'air classe laissa sa main glisser sur son bureau jusqu'à ce qu'il n'attrape deux paires de dés monochromes aux couleurs inversées l'un de l'autre; un noir à points blancs et un blanc à points noirs. Riant, il les fit rouler dans sa main un petit moment tout en tournant sur sa chaise; pendant que son interlocuteur faisait de son mieux pour ignorer l'enfant qu'était son supérieur hiérarchique. Eventuellement, ses yeux dérivèrent sur la fiche de membre de cette fille aux cheveux blonds dont Sugita se plaignait. En regardant de plus près cette feuille, ses yeux s'agrandirent et il ouvrit la bouche : son supérieur compris immédiatement par sa réaction qu'il avait vu ce qui faisait de cette fille une nouvelle recrue intéressante. L'air triomphant, Sugita se leva de sa chaise et commença à marcher en continuant de remuer les dés dans la paume de sa main.

- C-C'est une blague?
- Pas le moins du monde! Les gens qui viennent de l'autre dimension sont pas mal intéressants; et cette petite pimbèche en tient une sacré couche.

Pour une fois, Sugita avait l'air plutôt sérieux: son éternel sourire d'enfoiré avait laissé place à une moue concentrée. L'ancien agent de la CIA écoutait les paroles de son supérieur mots-pour-mots, ayant visiblement été piqué par la curiosité.

- Une Soul-User de type "Meister" qui aurait perdu ses pouvoirs lors de la chute des cercueils, il y a quelques années en arrière. Bien sûr on ne l'a pas tous cru sur parole, elle aurait pu feindre la perte de son don avec quelques bonnes paroles et nous soutirer des informations mais.. bien que je haïsse ce putain d'aveugle de tout mon être; je sais qu'il est imbattable pour reconnaître ceux qui mentent et ceux qui disent la vérité.
- Comment est-ce simplement possible de "perdre" son don de maniement?
- J'ai l'air d'avoir habité là où ils habitaient? ne pose pas de questions stupides Johnny.
- Ne m'appelle pas Jhonny, c'est John, attardé.

Ignorant la remarque, Sugita jeta les dés sur sa table et poursuivit son récit sans prêter attention à quoi que ce soit aux alentours.

- Elle a dit être une ancienne noble, de là où elle habitait. Avec le changement de dimension, elle a perdu ses seules amis, son foyer, son argent et tout ce qui lui donnait une identité. Et comme une bonne partie de ces gens là, elle a vécu la misère pendant quelques années. Incapable de se battre, on lui avait arraché ses petits pouvoirs qui faisaient d'elle une super-héroïne! pauvre petite chose... tabassée, exploitée, mangeant dans les poubelles et volant de l'argent pour survivre. Merde que ça doit être pathétique d'être pauvre! j'arriverais pas à me passer des côtes de porc que Scruffy fait. T'as déjà goûté?
- Comment tu peux juste interrompre son histoire pour parler de cottes de porc!?
- Il y a toujours une bonne raison de parler des cottes de porc Jhonny.
- ....
- Bref. Elle a fini par péter les plombs. Quand le boss l'a trouvé il y a un an, il lui a offert tout ce qu'elle avait besoin et lui a même donné du temps pour réfléchir à si elle allait nous rejoindre ou non. Le jour où il l'a rencontré, elle était en train de saigner un Soul-User que le vieux con allait trucider. Elle lui a coupé l'herbe sous le pied, et le cran, il aime ça. Quand elle a vu le psy, tout ce qu'on en a retenu c'est qu'elle souffre d'une espèce d'hyper-jalousie qui la pousse à agir comme nous... vu son potentiel on n'a juste pas pu la jeter à la poubelle tu comprends? bien que ça soit une petite connasse finie.

Le brun ne disait rien. Il se contentait de baisser les yeux vers la feuille, comme s'il cherchait dessus des informations que Sugita ne lui avait pas communiqué avec sa magnifique et théâtrale manière de présenter les gens en incluant son avis personnel au maximum. Mais peu importe où John posait les yeux, il ne voyait que les informations de base, celles que son supérieur aux cheveux blancs venait de lui indiquer avant qu'il ne reparte jouer comme un gamin avec ses dés. On pouvait entendre dans la pièce le son d'un jeu vidéo laissé sur pause.. même cette pièce était atteinte par cette tumeur générale dont souffre le SDPT, à savoir la folie des consoles et jouets. Passant sa main sur son visage, le brun tourna les yeux et renfonça son dos dans le dossier du canapé, laissant sa fatigue l'envahir en poussant un grand bâillement.

- Quel genre d'ADAM elle aura?..
- Un truc classe j'imagine. ça convient à une petite Reine Française Péteuse dans son style. Elle a dit qu'elle avait appelé son arme "Précieuse" ou un truc comme ça... quel nom pourrit sérieusement!
- ...T'as suggéré à Grigori d'appeler mon arme "Pink F*ggot". J'ai plus des doutes sur TA manière de choisir les noms.
- Comme c'est méchant comme c'est méchant! un ADAM est sensé ressembler à son utilisateur tu sais!
- Ses deux amies sont mortes, à ce que dit le rapport... en tout cas elle pense qu'elles le sont.
- Oy, m'ignore pas, ma blague était géniale.
- Elle a reporté leurs noms pourtant.. elles sont toutes les deux vivantes, et ont rejoins des factions différentes. L'une est partie rejoindre ces fêlés d'Antiskull en Allemagne, et l'autre est revenue au point de départ, Shibusen. Pourquoi vous ne lui avez pas dit que ses deux seuls contactes étaient encore en vie!?

Sugita ne regardait plus John; il se contentait de regarder à travers la fenêtre en joignant ses deux mains dans son dos, regardant en bas du building une voiture amener deux ou trois Soul-Users qui seront sûrement questionnés et exécutés. Un sourire joueur apparut sur les lèvres du second plus haut gradé du département; qui répondit à l'ancien membre de la CIA sur un air quelque peu mystérieux, mais plein de vices.

- Est-ce que tu dirais à une enfant perdue que ses deux parents sont vivants, mais qu'ils sont devenus des dictateurs, des génocidaires ou encore des criminels les plus écœurants? Bien sûr que non. Elle prendrait ces affaires trop personnellement et oublierait que c'est la solitude qui a fait d'elle ce qu'elle est maintenant. Une jeune, prometteuse, et magnifique petite saloperie qui a tout perdu, et qui se venge sur tout ce qu'elle peut se venger. Notre psy est inefficace tu sais; on l'a justement embauché parce qu'il ne sert strictement à rien, juste histoire de faire croire aux gros bonnets qu'on prend soin de nos employés. Mais il ne faut pas voir ça de l'extérieur, mais plutôt de l'intérieur : c'est une maison de fous ici, et c'est le plus cinglé qui l'emporte.
- Merci j'avais déjà compris ça le premier jour où je suis venu ici.

Laissant un petit rire s'échapper d'entre ses lèvres, Kaiba retourna s'asseoir à sa chaise et pris entre ses mains sa Bentendo Trydyhaisse et commença à jouer sous le nez de l'agent de la CIA qui reporta son regard sur les rapports. Le silence s'installa.

---

- Depuis combien de temps ça fait maintenant.. hein?...

Une jeune femme était assise sur les marches menant à Shibusen , les yeux rivés dans le vide. Sous ses pieds s'étendait une énorme allée de marches qui semblaient s'étendre sur des kilomètres à cause de l'effet d'optique. On pouvait à peine voir la maison la plus proche, avec cette hauteur. Elle ne regardait nulle-part en particulier, mais ses yeux étaient fatigués, comme si elle traînait sur son dos un énorme fardeau. Des couettes, une casquette noire dont tout l'arrière semblait être complètement déchiré et tenait sur sa tête inexplicablement; ce qui ressemble à une sorte d'uniforme sombre au col molletonné. Il s'agissait d'une jeune femme entrant dans la vingtaine.. et ici, beaucoup de personnes la connaissaient sous un nom flatteur, qui ne faisait qu'alourdir ce qu'elle transportait dans son coeur. "La plus forte de la classe EAT"; c'était le surnom qu'on donnait à cette jeune fille qui n'était rien de plus qu'une novice il y a quelques années en arrière. Elle n'était pas souriante, elle n'était pas fière de ce qu'elle avait accomplis, elle se sentait simplement vide devant ce panorama qui s'étendait jusqu'à l'horizon. Perdue dans ses pensées, elle ne remarquait même pas ce qu'il se passait derrière-elle, dans la cour de Shibusen: des tas des gens se plaignaient de sujets abracadabrantesques comme quoi "La ville aurait subitement changé d'apparence pendant qu'ils étaient partis". D'autres leur criaient dessus en disant que strictement rien n'avait changé et que leurs interlocuteurs étaient simplement tombés sur la tête. Le débat se faisait de plus en plus bruyant, et peu à peu la brune commença à fermer les yeux, grincer des dents et sentir une certaine colère monter en elle.. jusqu'à ce qu'un cri de trop ne se fasse entendre et n'appuie définitivement sur le bouton de l'arme démoniaque qui se leva de sa marche et commença à marcher vers les autres en leur montrant un regard absolument terrifiant.

- Vous allez la fermer ou est-ce que je dois me charger de vos péter les dents hein !?
- P-Pardon..!

Comme dans tout mangas qui se respectent il faut bien évidemment qu'un personnage random qu'on a même pas eut envie de colorier ou détailler et qu'on ne reverra certainement plus jamais se mette à chuchotter indiscrètement à ses potes à qui on affaire, histoire d'empêcher l'écrivain de faire une fiche détaillée de quarante-cinq lignes pour lui donner une réputation. Dans tout les cas, l'adolescent qui ne devait pas avoir plus de quatorze ans se mis à chuchotter à ses camarades avec qui il se disputait quelques secondes plus tôt dès que le regard de la brune se tourna et qu'elle repartit sur ses marches, après avoir réussi à obtenir le silence.

- ...C'est Tsugumi Harudori, de la classe E... il paraît qu'elle n'a pas perdu un seul combat depuis son arrivée ici.
- C'est pas elle qui se bat sans Meister!? la Hallebarde cinglée?
- Ouais.. j'ai entendu le prof dire qu'elle était en voie de devenir une Death Scythe, un truc comme "Million Weapon" ou quelque chose comme ça. Elle a un espèce de don ou je sais pas quoi.. évitons de l'embêter. éloignons-nous et disparaissons de la caméra pour ne plus jamais être revu!

Et ils s'exécutèrent comme de parfaits PNJs bien payés pour le tournage. Redevenons sérieux : la brune était maintenant de nouveau assise sur sa marche , et du coup plus personne n'osait descendre ou monter celles-ci. Sa réputation chez les EATs était telle qu'elle était respectée et crainte.. une réputation qu'elle n'aurait jamais espéré obtenir un jour. Mais elle n'avait pas fait tout ça pour être respectée ou crainte.. elle avait fait tout ça pour fuir ce qu'il s'était passé, pour se promettre que plus jamais elle ne serait impuissante. Les yeux sombres, elle regarda sa main qui se changea quasi-immédiatement en lame tranchante de Hallebarde : le tranchant était si fin et si aiguisé qu'il aurait pu fendre la roche en deux. Regardant son reflet à l'intérieur de cette lame qui était survolée par une sorte de "X" rougeâtre, elle semblait de plus en plus perdue dans son monde.

- ..."la plus forte" ...conneries...si j'étais vraiment la plus forte..ça ne serait pas...

Sa main redevint normale, elle grinça des dents, pesta contre elle-même et posa sa main contre son visage, griffant quelque peu ses tempes en tentant de contrôler sa frustration.

- C'est pas le moment de repenser à ça... c'est pas moi, c'est plus moi.
- Excuse-moi gamine mais qu'est-ce qu'il se passe ici?
- ...J'suis occupé connard, repasse plus tard.
- ...
- T'es sourd ou quoi!? dégages! du ven----...

Elle n'avait pas réellement compris à qui elle parlait étant donné qu'elle était trop occupée à se plaindre et à fermer les yeux, mais c'est en levant la tête et en étant à mi-chemin de l'action de lui lancer son poing dans la face que Tsugumi remarqua cette grande silhouette devant elle qui n'était pas là quelques minutes plus tôt : un type qui venait de monter les escaliers et que quasiment tout le monde à Shibusen connaissait sous le nom de "Shinigami". Un grand brun aux yeux dorés et plein de points de sutures qui la regardait avec des yeux de poisson crevé et un air si blasé qu'on pourrait croire qu'il a perdu le loto à un chiffre près. Elle ouvrait grand les yeux, ne sachant comment répondre à la question, elle se contenta de beugler idiotement en faisant des gestes stupides avec ses bras à gauche et à droite pour essayer de se faire comprendre... gestes que le Shinigami ne comprenait pas de toutes façons; mais qu'il continuait à suivre du regard comme s'il était en train de décoder le code de DeVinci. Tout ça aboutit par un mot encore plus incompréhensible qui ressemblait à une mixture entre un langage alien et les tutoriaux pour apprendre l'espagnole avec un pieu dans la langue.

- GG-Gagantuous.
- Calamarzactement...?

Elle tremblait; le soleil se reflétait dans le dos du dirigeant de Shibusen qui avait l'air d'un espèce de monstre qui la juge du regard avec une aura terrifiante qui témoigne de l'écart de niveau d'intimidation (notez qu'il n'a toujours rien fait d'autre que la regarder avec un air constipé). éventuellement les choses finirent par se calmer : la japonaise repris son calme et s'assieds alors que le grand type aux sutures se décale un peu et tourne la tête dans la même direction qu'elle pour regarder de haut cette ville qu'il ne reconnaissait plus du tout depuis sa sortie il y a trois jours. Peu importe qui il avait rencontré en ville, personne ne semblait avoir un quelconque problème de reconnaissance avec cette dernière.. c'est comme si pour eux, elle avait tout simplement toujours été comme ça. L'arme démoniaque détourna la regard, libérée de la pression, et commença à parler.

- Il y a quelques personnes qui n'arrêtent pas de dire que la ville a changé aussi.. ils pourraient arrêter de dire des conneries; qu'est-ce qui a changé?
- Ben.. tout. Je me rappelle pas que Death City était aussi.. propre pour commencer..et lumineuse aussi, et...italienne.
- Peut-être que c'est le changement de thème.
- Oy t'es là depuis 5 minutes dans le show, commence pas à détruire le quatrième mur.
- C'est ce que t'es en train de faire! ...eh, ça te dérange si je te tutoie? j'a..j'arrive plus à ces formules de respect et toutes ces conneries.
- Fais ce que tu veux.

Ils tournèrent tout les deux le regard vers le centre de la ville; le Shinigami finis par s'asseoir sur les marches et soupira en laissant son dos se poser contre les marches inconfortables, viles et diaboliques, telles sont les marches, antagonistes ultimes de cette histoire. La brune aux yeux violets croisa les bras et ne montrait manifestement pas un visage sympathique, mais elle n'osait pas tourner les yeux vers le patron, elle se contenta alors de regarder ailleurs alors que ce long silence se prolongeait et qu'on pouvait entendre derrière eux de plus en plus de personnes dire exactement la même chose que le zombie et le sorcier plus tôt : des gens qui croient que la ville a changé et d'autres qui pensent qu'elle a toujours été comme ça... dans tout les cas, vrai ou faux, ce qu'ils avaient tout les deux en face d'eux était une ville bien propre et bien animée comme Death City ne l'avait jamais été auparavant.

- T'es le Shinigami hein?
- Et toi le Plot-Device de cet Arc
- Laisse le quatrième mur tranquille merde! et puis qu'est-ce que vous avez tous à perdre la tête comme ça? Death City a toujours été comme ça, il n'y a aucun changement.
- ...J'arrive plus à retrouver ma maison, comment t'expliques ça?
- ...

Elle réfléchissait. Il était vrai qu'il n'était de toutes façons pas compliqué de se perdre dans cette ville qui restait malgré tout extrêmement bordélique; mais au point d'en oublier le chemin de sa maison.. elle ne connaissait qu'une seule personne au monde assez stupide pour oublier des choses aussi simples; malheureusement, ça lui provoquait un pincement au coeur que d'y penser. Elle se contenta simplement de dire ce qu'il lui passait par la tête sans jamais croiser le regard avec le type au kimono blanc à moitié enfilé.

- Ivre? Dément? Sénile? Lobotomisé? Y'a plein de façons d'oublier où on habite.
- Pas quand on te fouette avec une chaîne en feu pour aller travailler.. on oublie pas cet endroit de pure souffrance et tyrannie.
- ...Tu travailles dans une boîte SM?
- Pas tout à fait mais presque.

L'homme se gratta les cheveux et soupira un long moment avant de tourner les yeux vers la jeune femme: elle avait l'air d'avoir à peu près son âge physique, quoi que relativement plus petite. Il ne se souvenait pas déjà l'avoir vu et pourtant il en avait vu des tronches d'attardés durant ces derniers mois. Mais il ne préférait de toutes façons pas parier sur sa mémoire : après-tout, tout le monde avait déjà l'air de le prendre pour un fou amnésique à force de raconter cette histoire bizarre comme quoi la ville aurait subit un relooking par un autre studio d'animation qui aurait fait la connerie du professeur plutonium : Du sucre, des épices, et des tas de choses mortes. Tels étaient les ingrédients choisis au départ pour créer la ville parfaite. Mais accidentellement le professeur Ōkubo ajouta un autre ingrédient à cette mixture : l'agent chimique K-ON! C'est ainsi que naquit cette Death City complètement weird qui plagie sans aucun problèmes de magnifiques spots de visites italiens en ajoutant deux ou trois têtes de mort pour passer une fine couche de peinture! Dans tout les cas, il savait qu'il n'obtiendrait pas plus d'informations de cette espèce de mini-racaille qu'il n'avait encore jamais rencontré. Il se leva, se préparant à descendre les marches pour voir s'il pourrait retrouver sa maison; quand il s'arrêta soudainement et tourna la tête vers la jeune femme aux cheveux sombres qui leva à son tour les yeux.

- Ton nom?
- Q-Qu'est-ce que ça peut te faire?
- Je suis juste curieux de savoir pourquoi tu te force à paraître solide.
- Qu---.....

Ses mots moururent dans sa bouche et elle se tut, baissant la tête et affichant un air triste et vulnérable. Le Shinigami la regarda un moment avant de soupirer, et commença à descendre les marches en haussant les épaules : il n'avait pas de temps à perdre avec une mauvaise actrice, et le fait que cette fichue ville ai changé comme si il était passé dans la Dark Hour en pleine journée avait déjà de quoi occuper son esprit.

- Laisse tomber, à plus.

Elle se mordit la lèvre inférieure, serrant les poings en regardant l'homme aux sutures s'éloigner peu à peu.

---

Quelque part à l'autre bout de la ville, un groupe de personnes s'était formé au milieu de la place des noyés, dans le quartier de Deadman streets.. nom qui ne dit rien à pas mal de gens qui ne sont rentrés à Death City que depuis aujourd'hui, et qui sont tout aussi confus par ce brutal changement de direction graphique qu'ils ne s'attendaient certainement pas à voir. Ce groupe était composé de diverses personnes, certaines connues, d'autres moins... l'avantage c'est que dans la confusion, tout le monde semble être égal : les pauvres comme les riches se plaignaient ensemble d'être pris pour des fous, mais ils ne l'étaient pas, ils ne l'étaient pas du tout même. Une jeune femme aux cheveux châtains et aux yeux verts s'adressa au groupe en jouant avec une clé à molette qu'elle manquait à chaque fois de peu de laisser tomber sur le crâne de sa compagne blonde qui regardait à droite et à gauche avec un sourire attardé. C'était elle qui avait réuni ce groupe de personnes confuses, involontairement : elle avait parlé un peu trop fort de ses doutes et voila que tout le monde s'est réuni autour d'elle comme si elle venait de fonder un foyer pour enfants discriminés... c'était assez ridicule à voir mais elle prenait son job de Gourou très au sérieux sans réellement s'en rendre compte. Le sourire aux lèvres, la mécanicienne tourna les yeux de droite à gauche pour détailler quelques visages qu'elle connaissait déjà : Une autre petite blonde avec une antenne et un air de "chat" qui était connue comme la quatrième Freelancer, "Liliha". à côté d'elle se trouvait une autre figure connue : la sorcière-scientifique aux cheveux noirs qui croisait les bras et grinçait des dents, frustrée d'avoir été traitée comme une folle (chose qu'elle était déjà en fait, mais pas pour les mêmes raisons); "Medusa". Une autre personne facilement reconnaissable était cet étrange type aux cheveux noirs avec son énorme chapeau rouge et ses lunettes de soleil orangées qui regardait droit devant lui avec un sourire malsain: la Death Scythe Alucard. Les autres qui s'accumulaient peu à peu autour de la mécanicienne qui mâchouillait un chewing-gum tout en motivant ses troupes de frustrés de la société. Après un petit moment, quelqu'un dans la foule leva la main et posa une question à la bergère des oubliés-sociaux.

- Est-ce qu'on est tous sous acides?
- Probablement! Bridget mets souvent des trucs dans mon verre mais je le pardonne parce qu'il est adorable!
- ....Je vais gerber.
- Tient le coup Alucard, tient le coup. Mais sérieusement, ils sont aveugles? comment est-ce qu'ils peuvent ne pas remarquer comme c'est différent!? je sais que ça ne va probablement rien changer à notre rythme de vie mai...mais...mais merde! je supporte pas ne pas être entendue! On m'a traité de sectaire.
- On est pas justement en train d'agir comme une secte-skaa?
- You know nothing, Weaboo-chan.
- Mes frères et mes soeurs, je pense que nous faisons là face à l'oeuvre du méchant et cruel sorcier Jon Snow!

Il y eut un certain silence et maintenant tout le monde était captivé par les dires d'Angelika. La mécanicienne marchait de droite à gauche, suivie par toutes ces paires d'yeux qui se faisaient de plus en plus nombreuses. Elle s'arrêta soudainement, adressant un clin d'oeil à la foule avant de poursuivre son récit.

- Evidemment ça n'a rien de naturel. Nous avons été choisis pour transporter les mémoires de cette Death City que nous connaissons! et peu importe si super kawaii maintenant. Ce qui importe c'est qu'on a raison et qu'ils ont tord! et on va leur montrer qu'on a raison! en leur pétant la gueule !
- Je suis totalement d'accord avec ce plan, quand est-ce qu'on commence?
- Couché Alucard.
- Yes, Mom.
- écoutez-moi bien! le sorcier Jon Snow n'est pas une légende. En effet, il s'agit d'un sorcier vengeur qui ne savait rien. Tout les jours on lui répétait "you know nothing jon snow!" et sa folie vengeresse a pris le dessus et commencé à effacer la mémoire des gens! dans les années 2000, il a été pris d'une passion pour la mode et le relooking et s'est mis à utiliser sa magie pour moetiser et Italienniser de nombreuses villes en effaçant la mémoire des gens!
- Donc c'est une sorte de Paco Cabanne qui bouffe les souvenirs des gens? Je dois lui piquer son pouvoir-ssu...
- Moi je suis toujours prêt pour le plan initial.
- Elle a dit "Tabasser" pas "Mettre en pièces", range ce flingue espèce de psychopathe!
- ....But mooooooom...

Le son sourd d'une paume de main frappant l'arrière du crâne d'une death scythe psychotique mordue de violence et de cruauté résonna sur toute la place des noyés alors qu'il se baissait pour ramasser son chapeau, et que la mécanicienne continuait ses récits abracadabrantesques en réussissant à convaincre de plus en plus de monde qu'ils n'étaient pas fous... en tout cas, pas "ce genre" de fous. En l'espace de quelques minutes tout le monde était convaincu que les habitants de Death City étaient tout simplement dévorés par une sorte de sortilège étrange qui les manipulait et leur faisait oublier qu'ils vivaient à Death City, pas à Sienne. Un plan de caméra plus tard et voila qu'Angelika était maintenant vêtue d'une cape de pimp, portant dans sa main une clé-à-molette en diamant et des lunettes noires; et la blonde à ses pieds avait maintenant une laisse et une casquette "Bad Trap".. comme quoi l'influence néfaste de la mécanicienne se faisait de plus e plus grande et sa réputation de plus en plus mauvaise. Dans tout les cas, les gens étaient charmés et c'est la naissance d'un nouveau chaos auquel on triomphait. Dans la foule , quelqu'un leva la main, attirant l'attention de la gourou de cette secte de "on-est-normaux, c'est-vous-qui-êtes-fous".

- Mais, même si on sait qu'il se passe quelque chose, ça ne serait pas mieux d'abandonner et de s'adapter? Death City n'en est pas à sa première bizarrerie.
- ...

Tout les regards se tournèrent vers cette pauvre âme qui avait eut pour seul défaut d'ouvrir un peu trop grand la bouche. La reine avait parlé, et on ne discute pas les paroles de la reine des parasites sociaux.

- ...Attrapez ce païen.
- Yes sir!

Il n'aura pas fallu plus de quelques secondes à Liliha et Alucard pour se jeter sur le pauvre type et commencer à distribuer des droites. Le vacarme se fit de plus en plus intense, et pourtant les gens continuaient de se rameuter comme des aimants sur cette place que beaucoup de personnes venaient de découvrir, et que d'autres imaginaient simplement comme un endroit qui avait tout simplement toujours été là. Dans tout les cas, peu importe ce qu'il se passait ici, ce n'était pas net; et les citoyens se sentaient de plus en plus énervés par cette situation qui ressemblait à une sorte de querelle entre gosses pour savoir qui avait raison ou pas sur le fait que le père noël existe ou non. Ce qui est d'ailleurs quelque chose de complètement stupide : tout le monde sait que le père noël existe, comment est-ce que les cadeaux apparaîtraient sous le sapin sinon? Quoi qu'il en soit, avant même qu'on ne comprenne réellement comment; une seconde foule faisait face à la première; dirigée par des citoyens en colère qui se plaignaient que des bagarres avaient éclaté aux quatre coins de la ville, encore sur cette bataille de "croyances". C'était stupide, ça n'avait aucun sens mais après-tout pourquoi pas? Bien que son apparence ai drastiquement changé, Death City reste Death City : une ville pleine de problèmes et de fous à tout les coins de rue. Le porte-parole de la foule adverse (où les gens étaient ironiquement tous habillés en bleu) s'éleva dans la foule, et avança vers le regroupement de croyants-au-changement.

- Cessez ces stupidités! nous n'accepterons pas qu'une bande de Junkies qui croient à des stupidités ne sèment encore plus de grabuge dans notre ville!

Le silence s'installa; Alucard avait stoppé son poing en sang à quelques centimètres du visage du pauvre type par terre qui avait déjà du se prendre dix ou trente mandales, si on additionne ça avec le fait que Liliha était en train de dévorer la jambe du type et avait encore les crocs planté dans sa peau. Les membres de la secte tournèrent les yeux vers le groupe de citoyens en bleu : ironiquement toute la secte était vêtue de rouge maintenant, et ça n'avait bien sûr rien à voir avec un quelconque Team Fortress. La chef de la secte, Angelika, avança vers le porte-parole en continuant d'inlassablement mâcher son chewing-gum. Les bleus et les rouges se faisaient maintenant face, et tous s'échangeaient des regards menaçants. Bientôt, la bagarre verbale démarra.

- J'préfère être sous acides qu'être complètement aveugle, comment vous avez pu ne PAS remarquer qu'il y a genre 35 quartiers en plus et qu'il n'y a pas un journal par terre!?
- Auriez-vous tous contracté une maladie ou quelque chose comme ça!? c'est n'importe quoi! vous avez tous perdu la tête! vous n'avez aucune preuve!
- Sinon pourquoi tout le monde a mis un chasuble coloré au fait?
- Parce queeeeee.......

Alucard mis un terme à la question du type au sol qui avait magiquement reçu un chasuble bleu, en lui enfonçant son poing dans la face. Cela dit ça ne stoppait pas cette folie grandissante qui se faisait maintenant de plus en plus grande : les gens commençaient à se monter les uns contre les autres; Angelika et la vieille mégère qu'on aurait pu appeler "Random citizen 59" se collèrent presque le front l'une sur l'autre et serraient les dents comme des pitbulls enragés alors que respectivement les troupes se craquaient les jointures, chargeaient les pistolets-à-eau et s'apprêtaient à se foncer les uns dans les autres.

- Petite sotte; est-ce que vous croyez sérieusement qu'on va vous laisser mettre le foutoir ici!? Ce n'est pas arrivé jusqu'à aujourd'hui, ça ne va pas commencer maintenant! retourne chez toi! si seulement tu as un chez-toi.. vagabonde.
- C'est la ménopause qui te fait perdre la mémoire vieille tarée? De toutes façons il n'y a qu'une seule façon de régler ça. BRING IT ON!

Ainsi la guerre démarra. Une guerre qui se voulait atroce, terrifiante, et qui conduirait ces pauvres âmes jusqu'aux portes des limbes. Une guerre dont on se souviendra, comme on s'est souvenus de cette guerre déclenchée par une pauvre âme qui avait fait la bêtise d'inviter une vingtaine de demoiselles dans son lit en une même nuit, et qui se retrouva asséné par le coup de pied destructeur de noix le plus puissant au monde. Cette guerre... où les citoyens sont les soldats, et où les soldats sont aussi des soldats. Chacun d'un côté, sur cette place, tous enivrés par le caprice de la guerre, charmés par la colère et s'apprêtant à danser sur la valse infernale de la mort. Ils s'armèrent, portaient fièrement leurs pièces de vêtements de leur couleur fétiche, de bleu ou de rouge. Le bleu de l'ignorance ou le rouge de la vérité, qui l'emportera? qui nous rapportera à Valve pour ce monstrueux plagiat? tant de questions restent en suspends. Mais alors qu'une Nekomata aux cheveux blonds et aux grands yeux rouges remplis son arme de capsules rougeâtres; quelqu'un posa la question qui brûlait sur plusieurs lèvres depuis ces quelques minutes de préparation où les deux armées s'étaient recluses dans des parties différentes de la ville. Et cette question était signée par l'assistante scientifique du professeur Stein; qui se retourna sur sa chaise avec un jouet en plastique dans les mains, tournant les yeux vers Angelika et la blonde qui tournèrent aussi la tête vers elle.

- ....Pourquoi du paintball?
- La véritable question c'est "Pourquoi pas". C'est l'été! il fait beau, et on peut shooter les gens qui nous énervent en pleine tête!
- L'ivresse de la guerre Mein Fuhrer! allons leur peinturlurer la gueule jusqu'à ce que mort s'en suive-ssu!
- HIGH-FIVE!
- ....D'accord pour le paintball mais pourquoi le flingue d'Alucard ressemble vraiment à un vrai flingue?
- ALU ON A DIT DU PAINTBALL
- ...Toujours en train de ruiner mon fun ces gonzesses.

C'est en soupirant que la Death Scythe fit disparaître son arme et ramassa une sorte de petit revolver en plastique qu'il chargea avec d'authentiques balles explosives..du moins il fut contraint de les échanger avec des cartouches de peinture après s'être pris une baffe derrière le crâne par la sorcière aux cheveux sombres qui retourna trafiquer les jouets avec ses connaissances très avancées du traficcottage d'objets fisher price. Cependant... Deux membres de l'équipe semblaient "un peu trop" près à se battre : Liliha comme Angelika avaient des fusils d'assaut de peinture, des fringues volées d'un Tomb Raider, des peintures de guerre, un couteau de survie, un arc.. il y avait même à leurs pieds des bâtons de dynamite de peinture qui exploseraient dans le cas où elles perdraient le jeu, comme de mauvaises perdantes.

Pourquoi ne ferions-nous pas un résumé des équipes? Dans le coin rouge, en plus de tout un tas de PNJs dont on n'a strictement rien à faire; nous avons : Angelika Anoka, meneuse de l'équipe rouge et maîtresse de la secte de "ceux-qui-n'oublient-pas" ou plus communément appelé "Team Rouge Menstruations" comme l'avait nommé Alucard. Parlant du psychopathe, la Death Scythe était également de la partie en tant que "Nettoyeur"; avec une bonne trentaine de revolvers à peinture dans son manteau rouge. à sa droite, il y avait la petite blonde, quatirème membre des Freelancers, qui était en train de refaire l'inventaire de son kit de survie, un couteau en plastique enduit de peinture rouge entre les dents. Plus loin, au niveau de l'infirmerie (oui , oui, ils vont aussi loin que ça) se trouvait la scientifique cinglée qui prenait un malin plaisir à aiguiser les scalpels, comme si elle allait en avoir besoin. Vient ensuite un visage plutôt connu en ville, comme étant l'inspecteur de police de la ville : Stephen Ryu. Le policier n'était pas réellement venu jouer mais s'assurait surtout que cela ne finisse pas en bain de sang... du moins, c'est ce qu'il disait, mais il était à la sortie de la tente avec ses deux Uzis de peinture et sautillait sur place comme un gamin qui se serait enfilé trois kilogrammes de sucre un soir d'Halloween : on pouvait lire sur son visage à quel point il était excité de participer à ce jeu et qu'il n'était pas réellement là pour ses responsabilités de policier; au contraire, on aurait plutôt dit qu'il avait envie de foutre le bordel autant que possible tant qu'il ne serait pas blâmé pour ça. Plus loin, du côté du réservoir de peinture posté près de la base, se trouvait une adolescente en tenue flamenco avec de grandes cornes qui tenait dans ses bras un objet en plastique ayant l'air plutôt lourd : un lance-flamme-de-peinture... ouais, sans déconner, c'est un truc. Disons que c'est juste une sorte de gros pistolet-à-peinture qui fait gicler d'énormes masses de peinture en prenant la forme de "flammes" qui s'éclatent par terre. Au fond, c'est plus une sorte de fontaine, mais comme le nom claque et qu'on doit ressembler à TF2 autant que possible, il n'y a pas de place pour la logique, bienvenue dans Soul Eater Crysis. Quoi qu'il en soit, la jolie impala remplissait son appareil tout en regardant curieusement du coin de l'oeil une fille au look gothique qui se trouvait dans son coin à parler à une sorte de robot qui tenait une énorme sulfateuse-de-peinture; elle avait l'air de lui donner des instructions ou quelque chose comme ça. Azariah était sceptique quand à cette fille : après-tout, elle portait des vêtements un peu trop riches pour participer à ce genre de jeux crades.. mais la gamine était de toutes façons trop occupée à remplir son arme pour laisser sa curiosité prendre le dessus et l'asséner de questions pour l'instant. Bridget quand à lui... avait complètement disparu se mettre à l'écart du lieu de l'affrontement, se couchant dans une chaise pliante sous les rayons du soleil et commençant à siroter un milkshake en attendant que le chaos se produise et ne le divertisse tel le petit sadique pervers qu'il était.

Dans la base des bleus, nous trouvons une équipe bien particulière et particulièrement énervée surtout : les habitants marchaient dans tout les sens, ramassaient leurs armes de peinture bleue absolument partout. D'un caractère et d'un look complètement opposé à la jeune leader de l'équipe Rouge Menstruations; la leader de l'équipe bleue (aussi appelée "Team Bleu Hypocondriaque" était une femme tout à fait normale, mère de famille pissed comme on en voit dans tout les mangas révolutionnaires; mais qui semblait pourtant plus que ça : elle donnait des ordres comme un véritable colonel d'armée; comme quoi ses enfants devaient certainement filer droit... c'est aussi ce que faisaient quelques membres de la team avec des nerfs sensibles. Mais ceux dont je vais vous parler résistent à cette influence et se battent presque tous avec la même idée en tête : la vengeance d'avoir été pris pour des crétins... ou bien juste l'atroce envie de tirer sur quelque chose avec des boules de peinture qui laissent des marques sur la peau. Un type était assis sur une caisse, un bandeau de terroriste autour des cheveux, emplissant des armes bizarres ressemblants à des lance-grenades de peinture tout en se mettant à rire comme un abruti en pensant à sa dominance sur le terrain, et oubliant complètement la raison pour laquelle il était venu en terres ennemies il y a quelques jours pour commencer. "Zenix Flame" était le nom de ce dangereux utilisateur de bombes de peinture dans cette équipe de bleus. à sa droite se trouvait sur la caisse d'à côté un type en train de se parler tout seul... ou parler à son ombre, qui sait. Dans tout les cas il n'avait pas encore d'armes dans ses mains et semblait être particulièrement énervé contre lui-même pour des raisons qu'on ne connait pas trop. Tout comme Zenix, ce type avait participé à la guerre contre le Kishin... mais ces événements n'ont rien à voir avec cette guerre qui se fera plus sanglante et plus violente encore! (lol j/k). Sur la feuille d'inscription au combat, il avait signé sous le nom de "Shiro Nazake". Quelque part il y avait un type qui ressemblait à un pirate qui était en train d'hurler sur des gamins pour qu'ils rapportent "de la poudre à canon et du rhum" ... Plus loin, près de la table d'opérations se trouvait un homme qui était plus connu comme étant le "Vice-dirigeant de la brigade prestige" ou encore "Le Noble". Sir Henry de Chattington se trouvait également là, aidant les bleus à organiser leur plan d'attaque pour le seul plaisir de savourer le chaos d'une bonne bagarre entre idiots qui n'ont pas de réelle raisons valables de se fracasser la face avec de la peinture. Mais cela lui rappelait des souvenirs d'antan, et il ne pouvait donc pas s'empêcher de sourire en faisant tournoyer sa canne-épée ... qui avait été remplacé par une sorte de bout de rouleau pour appliquer les affiches, enduit de peinture bleue. à l'extérieur de la tente, il y avait deux personnes qui manifestement se connaissaient déjà : Une jeune et jolie jeune femme aux longs cheveux violets qui réorganisait les pistolets de peinture sur une table pendant que son grand partenaire aux cheveux blonds croisait les bras et regardait au loin, un léger sourire gêné aux lèvres : il n'avait manifestement pas envie de retourner faire la guerre même en vacances, mais il n'avait pas réellement le choix en considérant le fait que sa partenaire en avait décidé autrement. "Joshua" et "Kumo" n'avaient pas réellement rejoins les bleus pour leurs idéaux dans cette guerre stupide mais seulement parce qu'ils pourraient tirer sur des gens avec des boules de peinture.. ça devait aussi être l'élément majeur qui amenait la plupart des citoyens à participer. La plupart ne savait même pas comment cette histoire avait démarré pour commencer. Dans cette foule de PNJs, il ne restait qu'un dernier personnage coloré, quelque part au fond de la tente : une jeune femme à l'allure... étrange. Des dents pointues et tranchantes; des yeux fatigués mais pourtant vifs et observateurs, une demi-teinte sur les pointes de certaines mèches de ses cheveux dont elle avait attaché une petite partie dans une unique couette sur le côté de sa tête. Elle était assez étrangement vêtue aussi : gants longs noirs, une robe-jupe sombre avec quelques teintes de blanc et un noeud rouge. Elle semblait regarder partout et nulle-part dans cette toile de tente, sans même tenter de participer à quoi que ce soit. D'une certaine façon son regard était... dérangeant. Elle n'avait pas non-plus donné son nom, ni signé à la participation à cette bataille épique qui changera l'histoire du monde... mais il y avait tellement de gens ici que ça passerais sans aucun doute inaperçu.

Quelques minutes passèrent et finalement quelqu'un pris la parole, réunissant l'attention des autres. Il s'agissait du Gentleman à l'allure british, et cette sorte d'aura de noblesse sans fond qui avait l'art de réunir les gens vers lui pour écouter sa "sagesse". Henry replaçait son monocle correctement devant son oeil en ouvrant le dialogue, tel un vétéran de guerre sur le point de donner l'assaut. Parallèlement, dans la tente des Rouge Menstruations; Angelika se posait sur un siège et commençait son discours comme un Major d'armée, tel un antagoniste allemand dans un film d'action qui caresse la tête d'un chat... sauf que le chat sur ses genoux ressemble à un ripoff de Tomb Raider VS Kurogami Class et qu'elle ajoute des suffixes japonais pour rien. Les deux discours se suivirent à peu près l'un en même temps que l'autre, car l'heure approchait, et qu'il allait bientôt être temps de lancer les armes. Près de 200 personnes, en comptant chaque côté de la guerre de vérité; 100 âmes prêtes à perdre la vie aujourd'hui, en se faisant éclater la cage thoracique par des coups de pistolet en plastique, dans chaque camps. Ils haussèrent la voix, rassemblèrent leurs troupes et se préparèrent à lancer l'assaut. Les regards se tournaient vers eux alors qu'ils prononçaient le dernier discours avant le début des opérations. Commençons par l'équipe Bleu Hypocondriaque. Le gentleman leva la main, serrant le poing jusqu'à ce que les plis de son gant de soie ne se serrent contre sa peau alors que de ses yeux grisâtres, il jaugeait ceux qui allaient perdre la vie aujourd'hui dans ce rêve fou.

- Milords, Miladies. Aujourd'hui est un beau jour pour mourir. La température est agréable tel une bonne tasse de camomille au matin. Le soleil brille et jette ses rayons sur le champ de bataille comme s'il était le troisième adversaire, nous jugeant par sa hauteur et son rire hautain. Mais, mes amis... même le soleil ne sera pas à l'abris de nos balles. Nos adversaires périrons sous nos assauts. Couverts de peinture, s'étouffant dans l'ancre, et nous suppliant dans une marre de bleu.. nous n'aurons aucune pitié. Pour les fanatiques, pour ceux qui ont provoqué le carnage dans les rues de Death City! nous ne pardonnerons pas, nous ne reculerons pas. Nous vaincrons! car c'est la seule initiative possible. Armez vos fusils-à-peinture, dégoupillez vos grenades, préparez les pistolets-à-eau pour soigner les blessés. Aujourd'hui est un jour pour mourir, mais dans la mort nous trouverons la victoire, et la gloire! Veuillez maintenant vous munir de votre manuel, avant le début des opérations.

Tout le monde sortit de quelque part des bouquins identiques sur lesquels étaient marqué "L'Art de la guerre de peinture : Edition Playdoh" et commencèrent à sérieusement tourner les pages sous les ordres de Henry qui commençait à leur faire une lecture comme si tout le monde était de retour à l'école. Du côté des rouges... les choses étaient à la fois ressemblantes et très différentes : Angelika n'avait pas l'expérience ni la classe d'Henry, néanmoins elle avait sa propre façon de motiver ses troupes. Passant sa main sur la tête blonde de la Nekomata armée jusqu'aux dents; elle leva ses yeux d'émeraude sur son bataillon, levant la voix afin que tout le monde entende (même si la plupart étaient en train de faire autre chose et étaient de toutes façons trop occupés pour écouter son discours de dictatrice amatrice qui au fond ressemblait plus à une sorte de sauvage qu'autre chose. Malgré ça, elle arrivait quand même à captiver le regard d'au moins soixante personnes sur cent. Le sourire aux lèvres, elle commença son discours de la manière la plus théâtrale possible.

- ....LET'S FUCK'EM UP!

Oui. C'est tout. Discours rapide et suffisant ; il s'en suivit d'une foule de "YAAAAAAY!" général alors que la pendule affichait l'heure décisive du combat : 12h pile. Les bleus ramassèrent leurs livres et prirent leurs armes; les rouges sortirent en trombe de la toile de tente; les deux équipes se firent face, hurlants comme des sauvages alors que les premiers coups de feu se firent entendre, et fusèrent de tout les côtés en faisant de plus en plus de victimes qui s'écrasaient par terre dans des fluides rouges ou bleus, parfois jaunes; probablement à cause de la peur engendrée lorsqu'ils se sont pris le tir. Il allait être le temps de faire la guerre!

--------------------------------------------------------

Règles & Buts : bienvenue dans la guerre du Paintball. Vous n'aurez pas de buts particuliers durant ce premier tour, autre que vous trouver un ou plusieurs adversaires et vous lancer dans une guerre de lançage de boules de peintures en pleine face. Les règles sont simples : vous avez été placés respectivement dans les équipes ROUGE MENSTRUATIONS ou BLEU HYPOCONDRIAQUES, et vous devez naturellement attaquer l'équipe adverse. Chaque personnage devra avoir un type d'arme de peinture. Vous pouvez faire fonctionner votre imagination : Fusil de peinture, mitraillette de peinture, couteau-à-peinture, lance-peinture... tant que vous ne nous sortez pas une bombe nucléaire tout ira bien. Par ailleurs, vous devrez respecter les règles qui ont été mentionnées durant l'inscription à l'Arc et du coup ne pas aligner 50 PNJs tout seul avec un cure-dent, par exemple. Voyez ça comme une guerre stupide à laquelle vous prenez part , un géant jeu de paintball.
Autre point important à mentionner : les personnages de l'équipe bleue se trouvaient tous à Death City ces trois derniers jours ou plus; ils ne se souviennent pas que la ville ai changé, car leur mémoire a été altérée (il n'y a aucune possibilité de se souvenir de l'ancienne apparence de la ville, donc pour vous, l'équipe rouge ne dit que des conneries). L'équipe rouge quand à elle, doit être constituée de gens qui n'étaient PAS là ces trois derniers jours, et n'ont donc pas été affecté par cette perte de mémoire.
Gardez aussi en tête que ceci est un véritable ARC et non-pas un RP Brainfuck. Ce qui arrive dans ce RP arrive réellement, et fera partie de l'histoire de votre personnage, voir de la storyline officielle si tout le monde joue correctement. Votre premier but sera de vous trouver un adversaire chacun, et changer d'adversaire par la suite si votre partenaire ne vous réponds pas. Tant pis si ça se termine en deux contre uns, ou ce genre de choses. Bien sûr, l'utilisation de la magie, longueur d'âme et tout le tralala est prohibé : c'est un vrai combat de paintball. Pour finir, par d'ordre de réponse, pas de temps de passage; arrangez-vous comme vous le voulez, mais ce RP doit être FLUIDE. Je répondrait toutes les cinq réponses pour une redirection de storyline afin de varier les événements, amusez-vous bien.
(Petite précision : si votre personnage est touché par de la peinture adverse, il n'est pas éliminé, mais il sera "gravement blessé" (on vous laissera faire du drama à la "Sauvez le soldat ryan" si ça vous amuse) et il pourra être soigné dans sa base, en changeant de T-shirt, ou en se levant la partie tâchée.)

Récapitulatif des teams:
 
Have fun.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin
Messages : 159

Feuille de personnage
Expérience (EXP):
2740/3500  (2740/3500)
Points de maîtrise (JOB):
550/22240  (550/22240)
Tarôt: La Mort (Death)




MessageSujet: Re: Soul Eater Crysis : Arc "Soul Eater Nope!" partie 1 ↹ PUBLIC Dim 29 Juin - 13:55



Dans les rues de Death City, le chaos était toujours aussi présent. L'était-il plus? L'était-il moins? Il n'y avait pas vraiment de façon de vérifier vu toutes ces personnes qui tombent au combat puis qui reviennent quelques minutes plus tard sans la moindre blessure grâce aux excellentes médecines de Cristaline, parce que ça coule de source. Plus sérieusement, dans une ruelle où les Snipers se réunissaient en masse, une jeune fille marchait tranquillement avec un revolver de peinture à la main. Une petite arme, extrêmement petite même.. à quoi pensait-elle à marcher à découvert dans cette zone où faire un pas de trop risquerait d'atténuer son espérance de vie dans cette bataille par plus de sa moitié? Rien. Elle semblait particulièrement tranquille, le sourire aux lèvres, et un regard un peu fatigué et évasif. Une couette mal placé dans ses cheveux, l'arrière de sa chevelure virant en une sorte de blond étrange; et des sortes de spirales tordues dans ses yeux; elle regardait partout autour d'elle sans jamais bouger la tête. Un sniper de l'équipe rouge leva sa tête de quelques centimètres ; juste le temps de prendre la cible bleue dans son viseur. Il n'avait fait aucun bruit, et avait été extrêmement méticuleux quand à sa façon de se dévoiler : il avait attendu qu'elle passe devant et s'éloigne bien assez pour donner un signal aux autres snipers postés dans toute la ruelle où cette pauvre Blue Hypocondriac se baladait seule en chantonnant. Si la plupart des Snipers pointaient leurs armes sur elle aussi discrètement que possible; d'autres laissaient passer leur instinct naturel avant la mission et louchaient simplement sur les arguments que le corps de la fille au sourire tranchant pouvait offrir à leurs yeux. Une erreur fatale qu'ils regrettèrent, alors même que certains d'entre eux avaient le doigt à moitié appuyé sur la gâchette, et l'oeil dans le viseur. Le viseur devint soudainement bleu; et la cible n'était plus à l'intérieur. Avant même que le sniper ne s'en rende compte, il avait une affreuse tâche bleue en plein milieu de la tête; et il ne fallut pas plus d'une demi-seconde pour que la jeune femme en plein milieu de la route n'aille aligner les cinq autres snipers postés dans des endroits stratégiques et complètement différents; tous atteints entre les deux yeux, avec une seule petite balle d'ancre tirée par un ridicule petit revolver. La jeune femme au sourire indécrochable se gratta la tête , tournant les yeux pour voir si elle n'avait rien oublié.. chose qu'elle savait impossible, puisqu'elle n'oublie absolument jamais rien. Elle continua alors d'avancer, penchant la tête sur le côté et ouvrant la bouche pour s'apprêter à bailler; lorsqu'elle remarqua quelque chose d'assez inhabituel dans ces ruelles où seulement des snipers se réunissent : une flaque de rouge sur le sol. Et pas seulement sur le sol : les murs, les toits... toute cette zone était peinturlurée comme si quelque chose avait explosé ici. Curieuse, elle s'approcha; ses bottes s'enfonçant dans la mêlasse rougeoyante. Elle entendait quelque chose qui provenait du centre de la flaque; là où gisaient deux corps entièrement repeins. En ouvrant bien les yeux, la jeune femme aux yeux de spirales et à la couette improbable remarqua quelques parcelles de bleu sur leurs vêtements : un militaire et une jeune fille, tout les deux dans un état critique, à peine vivants.

- ...Les pauvres.

Elle s'approcha, se baissant à leur niveau et posant ses deux mains sur leurs torses en cherchant une quelconque carte d'identité ou quoi que ce soit, histoire de confirmer leur identité en tant que soldat décédé. Pourquoi décédé? ils respiraient encore, et la peinture ne semblait avoir miraculeusement pas atteint leurs plaies tant que ça. N'importe quel médecin-paintballiste aurait compris qu'il y avait encore une chance de les sauver. Mais cette fille s'en fichait complètement... son sourire s'agrandissait jusqu'à ses oreilles alors qu'elle levait ses deux mains dont les paumes étaient maintenant recouvertes de peinture. Un petit rire s'échappa d'entre ses lèvres alors qu'elle les observait.. des images revenant dans sa tête; des milliers de milliers d'images qu'elle n'avait jamais pu oublier, et qu'elle n'oublierait probablement jamais. Comme tout ces visages, tout ces sons, toutes ces discussions, tout ces détails que personne ne remarquerait en temps normal. Elle connaissait ces deux soldats; elle les avait vu, elle les avait vu signer, soupirer, respirer, se gratter la tête, avaler leur salive, redresser une mèche de cheveux; elle pouvait même dire avec précision laquelle de leurs 100000 et plus cheveux, était celle ou celles qui furent replacées correctement. Joshua Lockart, et Kumo Kô. Un militaire très vaillant mais un peu trop gentil et tendre; et une arme démoniaque toute aussi gentille, mais qui peut se transformer en un véritable monstre dans certaines conditions. Comment elle le savait? ça n'avait pas réellement d'importance, ce ne sont que des détails après-tout non? La jeune femme laissa tomber son revolver par terre et tint ses deux mains au dessus des poitrines des deux blessés... soudainement.. son sourire pris une tournure malsaine, ses yeux se dilatèrent et ses doigts se changèrent en des griffes tranchantes comme les pics d'une fourche.

---

- "Tatane Meme".. Humaine corrompue, ancienne Meister, elle aurait la capacité de se souvenir d'absolument tout ce qu'elle voit, entends, touche, goûte ou peu importe ce qui peut être matière à rappeler. Elle peut évaluer toute une foule et retenir tout les visages, noms, actions et tout ce qui peut être à noter, comme si elle était devant chaque conversation et devant chaque personne. Mêmes s'ils avaient à tous parler en même temps, son cerveau trierais impeccablement toutes les discussions et les traduirait nettement.
- ... Donc elle est pas simplement un bon présentoir à nichons hein?
- Elle est avant-tout une corrompue; elle dévore des âmes humaines. Je ne peux pas garantir qu'elle n'essayera pas de te bouffer toi aussi, Zack.
- Ouais, ouais, j'ai compris. C'est pas mon genre de filles de toutes façons. Je les préfère pétillantes et moe-as-fuck.

Dans une pièce, dans un certain bâtiment, quelque part en Allemagne; un homme et une femme étaient assis sur deux sofas distincts. Trois autres personnes en train de jouer à un jeu de société sur une table et en se plaignant et hurlant comme des imbéciles se trouvaient également là, mais un peu plus loin, et ne prenaient point part à la discussion. La jeune femme était assise dans une position digne, charismatique, qui en disait long sur sa personnalité de grande dame avec une certaine autorité. Magnifique en tout points; elle était habillée d'un vêtement blanc vivant dont les yeux bougeaient au rythme de la discussion.. une arme démoniaque de type uniforme. Ses cheveux noirs étaient longs et glissaient le long du dossier du sofa; mais son regard était froid et sérieux... et ses sourcils plutôt énormes. En face d'elle se trouvait l'inverse totale d'une personne digne de respect : un espèce de looser, à moitié couché sur le canapé, les pieds posés sur la table et un doigt enfoncé dans la narine. Coupe de cheveux en crête, lunettes de soleil, blouson en cuir rouge par dessus un T-shirt sur lequel on pouvait voir les protagonistes de Madioka; un anime de magical girls. Il n'avait manifestement pas l'air motivé d'être là, mais il n'avait pas réellement le choix. On pouvait entendre, hormis les hurlements de rage à côté; des sons de mitraillettes et d'explosions à l'extérieur du building dans lequel ils se trouvaient. La pièce était presque vide, froide, mal éclairée.. mais ce qu'on avait plus de facilité à remarquer était ce "A" bleu géant, peint sur le mur principal de la pièce. Un signe d'anarchie ou de libération.. tout dépends du point de vue. Antiskull; l'armée révolutionnaire. La grande dirigeante, Azure Vitalion, s'adonnait à un petit moment de repos le temps que les soldats fassent ce qu'ils ont à faire; un travail qui ne requérait pas son aide, et lui permettait donc de reprendre un peu son souffle en s'assurant d'être correctement gardée par son équipe spéciale. Elle s'était soudainement mise à parler de quelques membres prometteurs qui avaient rejoins l'équipe il y a quelques jours; et des événements étranges occurrents à travers le monde. Zack n'était peut-être pas le meilleur pour tenir une discussion sérieuse, mais il savait écouter attentivement ce que sa boss pouvait lui dire.

- Je l'ai envoyée en mission de reconnaissance à Death City, pour qu'elle réunisse autant d'informations que possible. Si cette faculté est si utile que ça, alors il serait du gâchis de s'en priver.
- Ouais j'comprends. Mais y'a un truc qui m'emmerde un peu. C'est une corrompue nan'? elle est pas un peu psycho sur les bords?
- Tout les corrompus ne sont pas forcément bercés par l'insanité. Bien sûr, les fragments ne sont jamais tous complètement éliminés.
- Donc elle est tarée?
- Complètement.

Cette réponse attira un sourire sur les lèvres du looser qui se redressa sur le canapé et retira ses pieds de la table, ramassant par terre un petit disque de musique cassé qui s'était fragmenté lorsqu'ils avaient forcé la porte du building et capturé tout le monde à l'intérieur. ça n'avait pas pris plus de trois minutes; tout ces soldats n'avaient absolument rien pu faire contre les forces d'Antiskull; une faction qui se faisait de plus en plus dangereuse de jours en jours. Azure pencha la tête en arrière, laissant son dos se poser contre le dossier du sofa en croisant les jambes, son épée reposant sur ses cuisses alors qu'elle se laissait doucement fermer les yeux. Seul le son des détonations à l'extérieur occupaient ses oreilles : elle n'avait même pas besoin de superviser cette bataille gagnée d'avance, et aucune perte n'était à prévoir de toutes façons. Zack fut celui qui brisa ce silence en posant le fragment de CD cassé sur la table : on pouvait y voir la moitié d'une couverture de musique classique allemande dont il n'arriverait pas à lire le nom de toutes façons. Au lieu de demander ce que ça voulait dire, il préféra éviter de passer pour un crétin et rebondis simplement sur le sujet de base.

- J'suis certain qu'elle aurait été plus mignonne sans ces dents de piège-à-ours. Genre, la petite lesbo' d'anime avec les gros nibards, qui s'excuse tout le temps et s'occupe de nettoyer la classe après les cours. Ce genre de fille là!
- Peut-être qu'elle était comme ça avant. Elle m'en a dit assez peu sur ce qui lui est arrivé de toutes façons.

Azure se redressa, replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille alors que ses yeux se mirent à observer le fragment de CD cassé sur lequel on pouvait encore clairement lire le titre de la chanson.. ou plutôt la vidéo, vu ce que cela représentait.

- "Der Freischütz" hein? j'ai vu ça en VHS quand j'étais petite. Sais-tu de quoi ça parle, Zack?
- Pas la moindre idée, j'ai pas regardé de films antisémites depuis un bail.
- Rien de tout ça. C'est un opéra racontant l'histoire du "Freischütz". Un sniper ayant passé un contrat avec la diable pour obtenir sept balles qui ne rateraient jamais leur cible, d'où celles-ci seront tirées, par où elles passerons ou si l'ennemi est à couvert ou non. Cependant.. seules les six premières balles obéissent à la volonté du tireur, mais la cible de la septième balle sera en revanche décidée par le diable lui-même. Il aurait utilisé la plupart d'entre elles pour des stupidités; comme assassiner sa maîtresse. Les six tirs furent gâchés. à chaque tirs, le sniper perdait de plus en plus de sa sanité.. jusqu'à ce qu'il ne tire la septième balle dans le cœur de sa bien-aimée.
- ..C'est plutôt fucked-up.
- Le sniper avait tout perdu, et le diable avait gagné. Il lui avait retiré tout ce qu'il possédait et l'avait plongé dans la misère. Un jour, il s'en alla en excursion dans les bois avec son cheval, lorsqu'un éclair frappa et le fit tomber de son cheval; l'obligeant à aller s'abriter dans une caverne. Dans cette même caverne, il entendit de la musique et des sons étranges. En entrant à l'intérieur, il découvrit les sept corps des personnes qu'il avait tué; sept squelettes dansants sur un air de Jazz. Il avait de toute évidence perdu toute once de sanité; et s'en alla danser avec les restes de celle qu'il avait jadis aimé. Le lendemain, lui et son cheval furent retrouvés morts. Remarque... je n'ai pas regardé ça depuis mes trois ans alors il est possible que je m'en souvienne mal.
- TROIS ANS!? à quel point tu peux être snob!?

Zack regardait sa patronne comme s'il venait d'écouter le récit d'un psychopathe. Ses yeux étaient grands ouverts, sa bouche entrouverte et ses lunettes de soleil oranges tombaient un peu de son nez. L'impératrice laissa un petit rire s'échapper d'entre ses lèvres avant de poursuivre.

- Je ne suis pas certaine qu'il y ai une quelconque morale à cette histoire. Mais il y a une similitude certaine avec les corrompus. Ils ont tous passé un contrat avec le diable, qui les a entraîné dans une valse infernale, les obligeant à abandonner tout ceux qu'ils aiment, pour la certitude d'être en sécurité. La sécurité n'existe que s'il y a quelqu'un pour se battre; et le diable ne se bat pas pour les faibles. La monde d'où viennent "Les gens des cercueils" avait, apparemment, subit un déchaînement de folie sur toute la surface de la planète. Charmant les âmes les plus faibles et douces; et leur faisant perdre la raison comme s'ils avaient toujours été des candidats d'asile. Ils n'ont pas pu supporter leurs faiblesses et sont tombés sous l'emprise du malin. L'histoire de cette fille n'est pas différente.. elle aussi a été victime de la septième balle du sniper; sans avoir eut les six autres qui lui étaient promises.
- ...
- Aucun contrat n'est totalement blanc, Zack. Les promesses sont des illusions sans résultats, n'oublie jamais ça.

La jeune femme se leva sans un mot de plus, faisant faisant tournoyer son épée dans son fourreau; le sourire aux lèvres et commençant à siffler l'air de l'opéra en quittant dignement la pièce.

---

Elle lançait sa main en direction des poitrines des deux joueurs de Paintball, quand soudain ses deux mains s'arrêtèrent lorsqu'un son attira son attention; et la stoppa dans sa tentative de meurtre : deux hommes tout de bleu vêtu foncèrent dans sa direction : il y avait un symbole de croix sur leurs brassards; sûrement des infirmiers qui étaient là pour amener les deux victimes en lieux sûr. Ils n'avaient pas de brancards, mais des caddies de supermarché; ce qui au fond faisait largement l'affaire. Silencieuse, Meme se releva et se contenta de les regarder déplacer les corps doucement dans les caddies. Elle penchait la tête sur le côté, un peu déçue de ne pas avoir pu s'offrir un petit encas pendant que personne ne regardait. Mais au fond, c'était peut-être mieux pour elle de ne pas attirer l'attention sur elle; après-tout, Antiskull comptait sur elle. Elle aimait se savoir utile, pas comme cette fois... cette époque qu'elle aurait préféré oublié, mais n'en était pas capable. Elle se baissa, ramassa son arme et commença à suivre les deux infirmiers qui marchaient avec les caddies tout en décidant de l'itinéraire à prendre pour amener les blessés en lieux sûrs aussi tôt que possible. L'humaine corrompue se posta à côté d'eux et marcha à leurs rythmes, écoutant la discussion. Après un petit moment, elle réalisa que leurs plans manquaient de détails, et qu'il y avait des informations qu'elle avait obtenu, et qu'ils n'avaient pas. Tout en passant l'une de ses mains dans ses cheveux et en regardant droit devant elle, elle corrigea ses collègues de l'équipe bleue. Elle avait une voix très calme, très lente et très douce.

- Les quartiers C à F sont complètement submergés par les joueurs de paintball des deux équipes... A et B sont beaucoup trop calmes, j'ai noté quelques snipers aussi, possédant des grenades, sûrement. la voie la plus sûre serait la zone souterraine, je ne suis pas totalement sûre qu'on puisse faire passer les blessés par là...
- C'est pas faux mais.. les valves des égouts, on ne peux pas les ouvrir comme ç---

L'infirmier avait manifestement parlé trop vite: Meme s'était déjà baissée et tenait maintenant la plaque d’égout en forme de tête de mort entre ses mains; affichant un grand sourire bienveillant. Les deux infirmiers se regardèrent l'un-l'autre comme s'ils venaient de remarquer un fantôme dans un coin de rue; avant de tout simplement retirer les patients des caddies pour les porter sur leurs épaules et descendre dans les égoûts, suivis par la jeune femme qui replaça la bouche d’égouts derrière eux.

Trente minutes passèrent lorsque Meme arriva au QG des Blue Hypocondriacs; portant sur ses épaules deux corps; dont l'un largement plus lourd qu'elle. Inutile de dire qu'elle attira immédiatement l'attention pour des raisons évidentes : les deux corps étaient entièrement recouverts de rouges, mais encore conscients.. la seconde raison serait possiblement qu'il était difficile d'imaginer une fille si peu costaude, porter deux poids pareil à bout de bras. Félicitée par l'équipe médicale, l'humaine corrompue pencha la tête sur le côté en souriant gentiment, regardant l'équipe médicale coucher Kumo et Joshua sur la table d'opération et à commencer à les asperger d'eau javellisée pour décaper la peinture. En plein travail, les infirmiers commencèrent à discuter.

- Où sont PNJ#39 et PNJ#74? ils n'étaient pas sensés aller chercher les blessés dans cette zone justement?
- Pour l'amour du ciel Patrick, ils s'appellent Bob et Carlo! arrête de leur donner des numéros! franchement..

La jeune femme aux cheveux bicolores et aux yeux étranges s'éloigna gentiment sans dire un mot. Ses mains étaient teintées de rouge... mais une partie de la couleur rouge était bien trop visqueuse et sombre pour être de la peinture.

---

'Parlant de rouges, il y en a une qui fonçait comme une malade à travers les tirs de peinture sur le champ de bataille principal, j'ai nommé la place des noyés; en faisant de son mieux pour encaisser le moins de tirs possibles tout en portant son fardeau de blondinette amorphe qui tenait son fusil-sniper aussi bien que son épis/antenne semblait tenir sur sa tête. Angelika, leader des Red Periods, rapportait avec elle au QG un jouet bien intéressant qu'elles avaient toutes les deux déjà eut l'occasion d'utiliser une fois pour se sortir d'une situation désastreuse... situation désastreuse dont elles ne s'étaient pas encore sorties. Elles étaient maintenant en plein milieu du champ de bataille lorsque la mécanicienne passa dans la zone de défense des rouges; se sentant déjà un peu plus en sécurité (et respirant comme un phoque asthmatique empoisonné au cyanure pendant sa course). Elle pouvait la voir : la base des rouges, au loin. Une énorme toile de tente sur laquelle se trouvait un logo de produits pharmaceutiques contre les maux de ventre et les changements de réaction intempestifs. Ses grands yeux verts ne fixaient désormais plus que cette zone où elles pourraient finalement reprendre leur souffle... encore fallait-il espérer qu'elles ne se fassent pas abattre par les snipers postés dans les buildings qui "parfois" arrivent à passer du côté des rouges sans se faire voir. Serrant ses bras sur les cuisses de la blonde mi-morte qui pendouillait comme un cadavre sur le dos d'un cheval-mécanicien; Angelika fronça les sourcils et repartit au Free-run alors qu'une musique épique de final destination s'enclenchait dans ses écouteurs et donnait à cette situation une allure extrêmement dramatique. Tout se passait maintenant en slow-mo : les bottes d'Angelika faisant gicler la peinture rouge sur le sol d'une façon très esthétique alors qu'elle courrait tel un Chocobo; les soldats qui tombaient lourdement et lentement au sol à droite et à gauche en se prenant des balles de sniper des bleus. Les balles des hypocondriacs passant à quelques centimètres au dessus de la tête de la mécanicienne avant que la Nekomata amorphe ne les abatte sans même regarder : filet de bave à la bouche et tête penchante en arrière, elle se contentait de rêvasser et pointer le canon de l'arme dans des directions random pour abattre ceux qui cherchaient à shut-down Angelika. Un autre pas de la mécanicienne éjecta un peu plus de peinture rouge en arrière; alors que cette course dramatique semblait interminable et intense : des ninjas bleus sautèrent des balcons avec les nunchakus enduits de peinture, mais ceux-ci furent abattus en plein dans les airs par un DJ revenu de l'enfer avec une énorme bosse sur le crâne et une gigantesque massue enduite de peinture dans les mains, abattant son arme dans les cages thoraciques des Ninjas qui tentaient d'arrêter la mécanicienne et sa chatte à deux queues (oui j'ai fais exprès). La magnificence du geste en Slow-motion n'avait pas de prix : les os des Ninjas se craquelant et leurs torses de peignant de rouge alors que la hallebarde furax les envoyait en retour-au-bercail avec un magnifique home-run intensifié par des effets de vent, de poussière et de peintures tout ça dans un composé artistique très Eyeshieldesques ou Hajimenoippoesque. Angelika passa juste en dessous de la massue, poursuivant son chemin jusqu'à finalement entrer sous la tente des rouges, s'écrasant par terre comme une larve, la tronche dans le sol et le corps de Liliha roulant par terre jusqu'à atterrir la tronche dans un sceau d'eau qui se renversa sur sa tête alors qu'elle commençait à s'endormir la tête dans une flaque, son sniper de peinture glissant sur le sol.

- ...Wow. ça c'est une entrée remarquée.

C'étaient là les seuls mots que Medusa eut trouvé à dire, sa pipe à la bouche et les bras croisés; l'air assez peu impressionnée parce qu'elle voyait. Deux dératées étalées par terre comme des larves, l'une particulièrement blessée et l'autre avec des blessures mineures mais assez gênantes. La sorcière soupira, ordonna aux infirmiers de les prendre en charge... jusqu'à ce qu'elle ne remarque ces jolis boîtiers de métal à la ceinture d'Angelika. La mécanicienne était encore éveillée, simplement extrêmement dans les vappes lorsqu'elle s'adressa à la sorcière avec un grand sourire fatigué aux lèvres.

- ...Des mines antipersonnel, Baby.
- ...Je vois que le père noël est en avance! Posez tout ça juste à côté du type qu'on a changé en Robocop.
- YA HERR DOKTOR!

Il ne fallut que quelques secondes pour que Liliha et Angelika ne soient toutes les deux prises en charge et placées sous traitement à base d'eau et... d'eau. Les soins n'étaient malheureusement pas aussi efficaces que la médecine des bleus, car les Red Periods n'avaient qu'un stock très limité de javelle mélangée à l'eau. Aussi, les soins prirent un peu de temps, environs une trentaine de minutes. Assise sur le lit, la mécanicienne commençait à bidouiller les mines en demandant à ce qu'on lui apporte autant de bidons de peinture, de tournevis, moteurs et autres conneries que possible. Ce qu'elle faisait était assez incompréhensible, et elle avait également prévenu que cela mettrait sûrement un peu de temps à être fait. Un temps que la Nekomata utilisa pour comater sur son lit en dévorant des pains à forme ovale tout en se plaignant. Un temps que la sorcière aux serpents mis à contribution pour terminer ses analyses sur la mystérieuse flaque de peinture verte qu'elle avait prélevée sur le blessé de tout à l'heure. Aucun doute là-dessus. Après maintes et maintes tests, comparatifs, analyses de sang, d'urine et de sp...urine, elle dut en arriver à la conclusion douteuse qu'elle avait de nombreuses fois décalé, histoire de ne pas croire à une chose aussi improbable, non-scientifique et inimaginable! cette tâche était... de la peinture. :dun dun duuuuuuun!:

Ce qui la dérangeait surtout était la couleur de cette peinture: verte. Il n'y avait que les Blue Hypocondriacs et les Red Periods sur le champ de bataille; tout les deux se battant pour un idéal stupide, mais un idéal quand même. Qu'est-ce que la peinture verte alors? pourquoi est-ce que cet homme a été assassiné avec du vert, et non-pas du bleu? ça n'avait aucun sens aux yeux de la sorcière qui continuait d'émettre des théories les unes après les autres sans trouver une seule réponse à ses questions. Peut-être que quelqu'un s'était planté de couleur? il s'est vomi dessus? Aucune de ces théories ne marchait, et au fond, ça n'avait peut-être pas tant d'importance que ça quand on y réfléchis bien. Elle haussa les épaules, à court d'idée, et repartis tout simplement au travail.

---

On amenait encore de plus en plus de hamacs de blessés recouverts de rouge dans la toile de tente des bleus, et cette fois le commandant des armées n'était plus présent, car lui-même en train de se déchaîner sur le champ de bataille en riant comme un dément; avec son poste de radio qui diffusait de vieilles musiques datant de la première guerre mondiale. Parmi ces blessés, on pouvait en trouver un qui avait une blessure assez... inhabituelle : Zenix flame était le seul qui n'était pas vraiment touché par les attaques de peinture.. en revanche, sa mâchoire était tellement rouge qu'on aurait pu croire qu'elle allait se décrocher d'une minute à l'autre, et qu'il deviendrait une sorte de cyber-soldat Metal-Gearesque avec une mâchoire en acier. Inconscient, il ne semblait pas se retirer de son sommeil paisible (enfin ça c'est parce que vous n'avez pas vu sa tronche : bouche grande ouverte, filet de bave qui coule comme un ruisseau le long de sa gorge; yeux injectés de sang, mais sans la présence d'une quelconque iris... On aurait pu croire qu'il était mort; il y avait même quelques mouches qui volaient au dessus du terroriste qui avait pourtant mis tant d'efforts à soigner son entrée. Soudain, deux soldats des Hypocondriacs entrèrent en trombe dans la tente et signalèrent au responsable adjoint d'une information de la plus haute importance : les mines antipersonnel manufacturées dans le building ont été volé par l'armée des rouges, et probablement trafiqués par la leader du culte des croyants-au-changement. C'était une très mauvaise nouvelle, car ces cinq petites bombes auraient un impact final sur cette guerre, si celles-ci venaient à exploser. Ils n'avaient pas le choix : ils allaient devoir récupérer et désarmer ces bombes coûte que coûte avant qu'elles ne deviennent une menace. Le vieil homme connu sous le nom de PNJ#33 tira sa moustache en se retournant vers les militaires disponibles : beaucoup de blessés, des gens qui pouvaient à peine tenir debout; beaucoup étaient gravement infectés par la peinture rouge et n'avaient pas assez de force pour se tenir debout. Mais il restait un type qui avait le profil parfait pour cette mission: jambes fines, l'air plutôt discret, le regard vide.. tout ce qu'il faut pour faire un bon espion. Le vétéran PNJ#33 s'approcha du jeune homme blessé et posa sa main sur son épaule, l'air extrêmement sérieux, il attira l'attention de la jeune arme démoniaque aux cheveux noirs.

- Gamin! comment tu t'appelles?
- Euh....eee.uh....
- D'accord, soldat "Eeeuh". La plupart de nos soldats sont blessés, ou trop occupés à se battre contre cette machine d'artillerie lourde...

Le vieil homme tourna brièvement la tête vers l'extérieur de la tente. Là bas on pouvait encore voir le pirate cinglé exécuter une dance mortelle avec le Golem armé de ses sulfateuses, contrôler par cette fille assise derrière qui buvait son thé en semblant s'ennuyer. Aussitôt, le vieil homme reporta son regard sur Shiro, et lui confia un petit bâtonnet qui ressemblait beaucoup à une sorte de tournevis lumineux.

- Ceci est notre dernier espoir contre le désarmement! tu portes notre dernière chance d'atomiser complètement l'armée des rouges. Ce bâton représente bien plus qu'un bâton!
- ...C'est la clé du TARDIS?
- Non mais presque! il s'agit d'un tournevis!
- ...
- Mais c'est plus qu'un tournevis. C'est un tournevis...CRUCIFORME!
- ...
- Courage! gamin! sauve notre nation!

Et c'est avec quelques patpat dans le dos que Shiro fut expédié du QG avec une jambe qui boîte et un tournevis bleu qui brille. Il restait là un moment, à regarder droit devant lui, ne sachant trop que dire devant tant d'imbécilité.. ou bien étais-ce sa destiné? qui sait. Il commença à marcher; encore en sécurité dans la zone défendue par les bleus, qui était marqué par d'immenses flaques bleues sur une bonne centaine de mètres. Les rouges gagnaient du terrain : l'arme démoniaque pouvait voir d'ici comme l'étendue rougeâtre commençait à écraser leur périmètre de sécurité. Ils étaient déjà dans le rouge (HAHAHAHA) mais cette fois, cela risquerait d'être la goutte de peinture qui fait déborder le pot. Il se grattait la tête, creusait ses méninges, tentait de faire taire cette voix agaçante dans son cerveau qui lui hurlait de tout simplement foncer dans le tas. Shiro savait qu'il ne pouvait pas juste se lancer dans la melee comme un nouveau joueur de Karl of Duty. Il laissa ses yeux se poser sur le tournevis; tournevis qu'il ne pouvait pas voir, mais dont il pouvait au moins deviner la forme. Il se demandait s'il ne s'agissait bien que d'un tournevis normal pour qu'on l'envoie directement s'infiltrer dans la base des rouges avec ça. Il soupira, haussant les épaules et commençant à courir en direction de l'une des nombreuses ruelles du Deadman Streets, lui permettant de contourner la zone de combats principale et directement rejoindre la base des rouges. Il courait et courait, passant d'une ruelle à l'autre, jusqu'à déboucher dans une rue publique ou la guerre de peinture n'était pas encore allée s'étaler. Il était tranquille dans cet endroit, avec toute cette foule qui ne semblait être au courante de rien et qui n'avait pas le moindre rapport avec cette guerre de peinture. Oh bien sûr, les gens en parlaient : Shiro n'était pas le premier joueur de Paintball qu'ils avaient vu sortir comme ça de nulle-part couvert de saletés. Alors ils se contentaient de lui jeter des coups d'oeil discrets. Il se fichait d'être observé, mais il devait maintenir son invisibilité autant que possible : forcé à porter du bleu, c'était contre les règles de la guerre que de revêtir les vêtements de la couleur ennemie, ça serait considéré comme une traîtrise immédiate et le membre serait exécuté. Il allait donc devoir procéder autrement. Baissant la tête dans la foule, il pensait être comme une sorte de caméléon.... qui a un tournevis bleu qui brille et qui fait de la musique vieille des années 90. Et ignorer quelqu'un qui regarde partout et nulle-part, couvert de peinture, se parle tout seul et se trimbale avec un jouet qui vous lance du "Running in the 90s" à fond la caisse quand ce n'est visiblement plus l'époque pour du Initial D; vous avez de quoi troquer votre couverture d'espion pour celui de lampe humaine.

Le problème était sûrement que Shiro était suivit : quelqu'un dans la foule, couvert de rouge, sortit de son imperméable cramoisi un pistolet silencieux rougeâtre (oui comme si jouer au paintball silencieusement ça avait une quelconque importance.. mais comme le mec ressemblait à l'agent 47... eh attend...C'EST l'agent 47) et pointa le canon de l'arme en direction de la tête de Shiro qui se trouvait toujours dans la foule, n'ayant pas remarqué la présence de son poursuivant... jusqu'à ce que l'homme chauve au tatouage de rabais de produits électroménagers de votre DeathMall ou Junes le plus proche, n'arrive à se glisser jusque derrière l'arme démoniaque et ne braque son pistolet contre son dos, forçant le bleu infiltré à lever les mains en l'air. Shiro regarda droit devant lui et continua d'avancer au rythme de l'agent 47 qui tenait le canon de son arme fermement collé à sa colonne vertébrale. Sans détourner le regard, il demanda.

- Vous allez me tuer?
- Si je voulais te tuer, je l'aurais fais dès le début des hostilités, quand tu as baissé ton froc pour te soulager près des rosiers; et j'aurais disparu dans la nature avant que ton corps ne touche le sol.
- Alors pourquoi me suivre!?
- Pour parler. Mais, Mike, si tu me fais te tuer, tu ne partiras pas seul. Assieds-toi. Est-tu un bon garçon inspecteur?
- ....Euh... je m'appelle Shiro, je ne suis pas Inspecteur, et il y a nulle-part où s'asseoir, on est en plein milieu de la fo----

On avait l'habitude des bizarreries à Death City, donc voir quelqu'un se prendre un coup de crosse de pistolet dans les dents et tomber par terre fais partie des choses auquel les citoyens n'ont absolument rien à faire. Surtout si ce pistolet est en plastique, qu'il y a marqué un gros "SAM FISHER PRICE" et que ça ressemble à tout sauf à une scène sérieuse. Toujours est-t-il que le choc fut assez soudain pour que l'arme démoniaque ne tombe sur ses genoux et n'ai à se masser la joue qui commençait à laisser perler quelques gouttes de sang. Il avait de plus en plus de mal à contenir cette personnalité folle dans sa tête, mais parvenait à maintenir assez le contrôle pour ne pas se faire abattre ici même, sa mission dénuée de sens. L'homme chauve aux gros sourcils et à l'air particulièrement charismatique malgré son costard rouge pétant et son regard sans émotions; continua son speech et s'assura que Shiro ne fasse aucun geste irréfléchis. Après l'avoir forcé à se relever, ils continuèrent la même marche que tout à l'heure, progressant dans la direction de la base des rouges. Une goutte de sueur perla le long de la tempe du brun, alors que son assaillant répétait la même question.

- Est-tu un homme bon?
- Euh.. je crois?
- Et pourtant tu as tué mes hommes.
* Non en fait j'ai toujours pas eut qui que ce soit depuis qu'on a commencé.. enfin...Mad oui mais pas moi...il va jamais avaler ça hein..*
- Alors je vais te demander de me répondre honnêtement. Ta réponse décidera de ta destinée au bout de cette ruelle, alors réfléchis bien. Quand est-ce qu'un homme bon doit-il tuer?
- ...Q...Quaaaand....

Ils approchaient de la ruelle. Shiro avait compris ce que ça voulait dire : le rythme de leur pas; la distance entre lui et cette ruelle.. c'était le temps qu'il lui restait pour donner la bonne réponse, ou bien il allait se faire stupidement canarder sans n'avoir pu rien faire; laissant tomber l'artefact contenant les espoirs de cent cinglés, sur le sol, sans qu'il n'y ai aucune signification. D'ailleurs.. il n'y en avait peut-être pas. Peu importe sous quel angle on le regarde, ce n'est qu'un stupide tournevis cruciforme qui aurait plus sa place dans une quincaillerie que sur un champ de bataille. Mais ce n'est qu'après que Shiro réalisa comme il était en train de rêvasser, et comme ses chances de donner la bonne réponse étaient maintenant extrêmement maigres : il ne restait plus qu'une petite minute environs avant qu'ils ne progressent jusqu'à la ruelle à cette vitesse. Les réponses se bousculaient dans la tête de l'arme démoniaque qui commençait de plus en plus à paniquer : aucune de ces réponses ne convenait, aucune! il n'avait droit qu'à un seul essai, un seul, et qui sait ce qui l'attendrait s'il faisait une bêtise. L'Agent 47 gardait toujours la même expression, celle d'un traqueur qui ne saurait abandonner sa cible avant d'avoir obtenu tout ce qu'il veut d'elle... jusqu'à ce que...

- QQ...QUARANTE DEUX
- NOUS AVONS UN WINNER!

L'agent 47 retira son pistolet, une banderole tomba d'entre les deux côtés de la ruelle; des confettis tombèrent du ciel et une troupe de mariachis sortit de nulle-part en agitant leurs maracas, tapant sur leurs tambours ou faisant de la trompette pour annoncer la victoire du candidat du jour qui se vit faire lever sa main en signe de victoire alors que des cameramans déboulèrent de nulle-part avec une fringante blonde avec de grands talons qui déposa un baiser sur la joue du gagnant du jour qui pris entre ses bras un bon d'achat gigantesque de 20 000D$ pour tout achat de produits en référence avec la Saga de romance vampires efféminés par Stéphanie Melmeurt. Manifestement blasé et complètement perdu, Shiro tint son chèque et se fit enlacer par plein de gamins africains de la ruelle alors que l'agent 47 sortit un micro de nulle-part et se tint à côté du gagnant du jour en parlant devant la caméra. Même si sa voix semblait particulièrement heureuse, son visage restait ferme, sans émotions et atrocement sérieux.

- Félicitations à notre gagnant du jour qui a correctement répondu à la question du jour et gagne un bon d'achat pour n'importe quel ouvrage de la saga des vampires suceurs de b..sang. Il gagne également une brosse-à-dent électrique et une nuit avec Hugo, notre producteur, ex-catcheur professionnel et célibataire libertin!
- Je vais vous...laisser je crois.

Shiro tenta de s'extirper aussi discrètement possible de cette scène ridicule.. jusqu'à ce que l'agent 47, la blonde, Hugo, les gamins et les cameramans, même les mariachis, sortirent des flingues rougeâtres et pointèrent l'arme démoniaque qui pensait pouvoir se tirer de là sans bobos. Il s'arrêta, les mains en l'air, tournant trèèèèès lentement sur lui-même pour apercevoir les regards extrêmement sérieux de tout ces Red Periods.

- La blague est terminée. Pose ce tournevis tout de suite.
- Euh..Oka----
- IL RÉSISTE, ABATTEZ-LE!

C'était fini pour lui. En tout cas... c'est ce qu'il pensait. Il entendit les coups de peinture distribués en trombe par les Red Periods. Il pouvait également entendre les tirs s'éclater partout autour de lui, et les hurlements des enfants qui criaient une prière au dieu rouge. Cependant, aussi étrange que cela puisse paraître; il ne ressentait aucune tâche de peinture sur lui, et aucune douleur non-plus. Quand Shiro rouvrit les yeux, il sentit une présence en face de lui.. celle d'un truc gigantesque à moitié à poil qui avait un pagne, un bonnet de héros du temps et un gigantesque bouclier. L'agent 47 pesta et se retira plus vite que les autres; mais à en juger par les hurlements, les autres ne réussirent pas à s'extirper de la ruelle : Shiro pouvait entendre des corps s'écraser contre des murs, des flaques de peinture s'écrasant dans tout les coins de la ruelle, des grognements absurdes. Cette odeur répugnante ne voulait pas s'en aller non-plus, et il n'arrivait toujours pas à détailler qui l'avait sauvé... c'était peut-être con de sa part de s'être lancé dans une guerre de paintball où les couleurs sont déterminantes, alors qu'il n'est pas capable de différencier la couleur bleu de la couleur Satan. Néanmoins, ce qu'il savait, c'est qu'il avait été sauvé par quelqu'un ou quelque chose. Il pensa alors qu'il s'agissait d'émissaires bleus qui étaient venu lui prêter main forte dans sa lutte contre les rouges, afin de distribuer le dernier espoir de cette guerre... mais il avait complètement tord.

- Choppez le Schtroumpf! on rentre à la base!
- WUBWUBWUBWUB!
- YABABABABABABABA!

Shiro entendis une foule d'autres voix mais.. avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, quelqu'un lui mis un sac en papier sur la tête et quelqu'un d'autre attacha ses poignets. Pour finir, et comme si ça semblait nécessaire, quelqu'un lui éclata une chaise pliante sur le coin de la tronche avant de l'amener ailleurs, lui, sombrant lentement dans l’inconscient.

Lorsque Shiro se réveilla après avoir été knock-out pour la deuxième fois consécutive dans cette bataille; il sentait son crâne extrêmement lourd. C'était comme si on avait fait exploser une grenade fragmentée dans son crâne, et que toutes les billes de fer continuaient de le frapper dans toute sa boîte cranniène. Il grinçait des dents, bougeait la tête à droite et à gauche en tentant d'ouvrir les yeux sans succès. Il n'arrivait pas à bouger ses bras, ni ses jambes. Mais il sentait encore cette odeur fétide, gerbante, près de lui. Elle appartenait à une espèce de masse qui se trouvait à côté de lui; même s'il n'arrivait pas vraiment à détailler dans quel genre d'endroit il se trouvait. Il pouvait entendre des voix.. des voix toutes complètement différentes.

- Je vois, je vois. Donc on a pas encore eut une seconde à l'écran. Tss.. comment je peux me faire appeler "Impératrice des perverses" s'il n'y a pas l'autre con pour s'asseoir à côté?
- Apparemment il sera trop occupé à essayer de pas mourir dans la partie 2 de l'Arc. Je le remplace en tant que fantasme masculin à moitié nu aujourd'hui.
- Grrrr... 'pas grave. Où est Sheena?
- BNRNRNKKKK!
- Salle de construction? Okay, c'est noté.

Shiro n'arrivait pas à garder les yeux ouverts. Il ne put que baisser la tête et attendre de subir le châtiment. Était-il arrivé dans la base des rouges? non, c'était assez impensable; ils n'auraient pas tiré sur leurs alliés, et même s'ils l'avaient fait; ces derniers n'auraient pas eut à prendre la fuite. D'un autre côté, il était assez impensable que les Hypocondriacs utilisent de telles méthodes pour ramener à la base leurs soldats...en plus, il était sensé partir et ne pas revenir, ça aurait été stupide d'envoyer quelqu'un pour l'aider. Alors qui étais-ce? il pouvait entendre la voix d'une jeune femme; à qui il n'aurai donné pas plus de la vingtaine. Cette fille lui pris quelque chose des mains et s'éloigna un peu : il s'agissait du tournevis brillant de tout à l'heure.

- Je vois..alors ils avaient le Detraceptikon Bêta Alpha Piejakon XXIe Deluxe Remix Ver.1.0005451. Ces fichus Schtroumpfs ont vraiment des armes dangereuses.
- Et qu'est-ce qu'il a dans la main?
- GNGNGNHBBLBPPK!
- Hahahahahaha non, il y a des enfants ici, Butcher. Hahahaha, quel dégueulasse.
- Tenez-vous bien..

La jeune femme aux cheveux châtains et aux tresses, vêtue d'une sorte de tenue exotique verdâtre avec des feuilles en guise de jupe et bracelets; un collier d'où pendent des dents de crocodiles; des peintures de guerre sur tout le corps, se retourna à mi-chemin sur son trône et montra l'artéfact décisif devant les yeux de tout son clan.

- C'EST UN TOURNEVIS CRUCIFORME !

s'en suivit d'une série de gasps, aspirations et expirations exagérées. quelqu'un dans l'assemblée s'était même effondré par terre sans plus d'explications. Shiro ne comprenait toujours pas qui étaient ces gens et pourquoi ils l'avaient capturé; mais au moins, la lumière allait être fait sur un point important : la véritable utilisation de ce tournevis cruciforme.

- eeeeet ça ne sert à rien, foutez-moi ça à la poubelle
- ........................................

Elle avait dit ça en jetant la babiole derrière elle; l'un de ses subordonnés ramassant le tournevis qui au final n'avait rien de spécial, à part faire de la musique et briller un peu, ce n'était rien d'autre qu'un jouet; et Shiro avait encore fait tout ça pour rien. L'arme démoniaque avait un peu de mal à contenir son calme, et cette fois il ne put réellement s'empêcher de laisser parler sa seconde personnalité à bout de patience.

- QU'EST-CE QUI DÉCONNE AVEC VOUS!? VOUS ÊTES QUI ? POURQUOI JE PARTICIPES A TOUTES CES CONNERIES DÉJÀ!?  JE VAIS VOUS SAIGNER COMME DES PORCS!
- Nous sommes...ceux qui veulent étaler leur suprématie. Les rouges pensent que cette ville a changé de forme; les bleus pensent que cette ville a toujours eut cet aspect.. pour des différences si minimes, elles se livrent à des combats à mort, dans la violence la plus totale. Nous désirons mettre fin à cette guerre, et nous avons tout les arguments dont nous avons besoin. Kotodama Shortcut : Paintbomb!

Un éclair entoura la langue de la jeune femme, et soudainement, de nulle-part se matérialisa une énorme sphère métallique contenant une gigantesque masse de peinture. Cette peinture était de couleur ....

- Nous sommes le front de libération, et accessoirement la communauté des pervers affirmés! GREEN MONONUCLEOSIS!!
- C'EST DÉGUEULASSE!!
- Je sais mais on a pas trouvé mieux. Et puis c'est romantique nan? maladie du baiser et tout ça.
- GGNNNG?JGRT?HJRHDRHRHR...!!

Peut-être que Mad avait eut sa dose de bizarreries pour la journée, mais ce n'est pas ce qui semblait stopper la reine des dépravées de continuer son récit. Ils formaient le groupe des Green Mononucleosis. La plus puissante Esper de Shibusen, manipulatrice du Kotodama et perverse dépravée confirmée; "Fukawa Kotoha". Sa soeur, non-pas moins tarée qu'elle, psychopathe incestueuse et possessive; Esper utilisatrice du Hake, "Fukawa Sheena". L'exécuteur habillé d'un vulgaire pagne vert fait avec des feuilles de palmier arrachés sur la place commerciale; "Butcher" et sa hache en plastique couverte de peinture verte. Vient alors le bras-droit de la reine des perverses, un homme aux cheveux violacés; des cornes de taureau de cache côté de la tête; un bouc, et l'air incroyablement handsome malgré le fait que celui-là n'a qu'une feuille de vigne entre les jambes pour présenter sa couleur (au grand plaisir des demoiselles) ; le garde-du-corps de la Brigade Prestige en vacances à Death City depuis quelque jours: "Thor". Au fond de la pièce se trouvait un type silencieux qui collait des feuilles de papier et des feuilles d'arbres ensemble en construisant quelque chose.. on sait pas trop quoi. Il soupirait et soupirait, des vêtements de policier tâchés de vert, étaient à moitié déchirés; son pantalon manquait à l'appel, il avait du les remplacer par un pagne d'herbe comme tout le monde ici. Il ressemblait énormément au chef de la DCPD, mais ce n'était qu'un sosie. Ici on l'appelle "Barry"; c'est un ancien top-modèle déchu dont l'âme aurait été piétinée dans la foule lors d'une émeute; et comme Atol est fermé aujourd'hui, il est impossible de réparer cette partie de lui. Encore plus loin il y avait un mec super bizarre en train de pratiquer plusieurs poses en jouant avec une cerise sur le bout de sa langue, en produisant un son dégueulasse. C'était un échappé de l'asile d'à côté qui disait voir des esprits.. son nom était imprononçable, mais comme il ne fait qu'un Caméo, ce n'est pas important de le mentionner. Shiro pouvait également sentir les présences d'une multitude de PNJs verts un peu partout; bien moins que les armées rouges et bleues, mais assez pour provoquer une petite révolution. Ainsi, ceux qui étaient là avaient pour but de mettre fin à cette guerre... via la guerre. Kotoha claqua des doigts, et les liens de l'aveugle furent retirés par le gros boucher.

- Tu connais notre secret. Il t'as été dévoilé tel un Pillar Men face aux rayons du soleil. T'as plus trop le choix que trahir ton camp et jouer dans notre camp!
- ...Laissez-moi deviner, c'est comme ça que vous avez recruté tout vos membres aussi?

Il y eut un silence; mais de nombreuses mains se levèrent derrière Kotoha. Ceux qui levaient les mains avaient l'air particulièrement abattus. Cependant, quelque chose ne restait pas clair dans cette histoire, et l'aveugle ne manqua pas de le faire remarquer après avoir entendu ces petits éclairs et cette grosse sphère apparaître de nulle-part à côté de la reine.

- Une seconde, utiliser ses pouvoirs ne constitue pas une infraction aux règles de la guerre de Paintball?!
- Si, pourquoi? On est là pour écraser tout le monde, pourquoi on se soucierais des règles? Maintenant dépêches-toi, à poil, et enfile ce string vert.
- QUE DALLE
- Hahin, je vois, trop de fidélité aux Hypocondriaques...
- Non, j'ai surtout pas envie d'enfiler un string!
- Fais pas ton difficile! il nous reste une robe, un string, une tenue de plongée trouée et une tenue de valkyrie tikki! Fais-toi pousser une paire et accepte ton desti----

Et il semblerait que le destin ai joué en faveur de Shiro : soudainement un membre des verts tomba au sol, raide mort; un liquide rouge autour de la bouche. Thor s'approcha, se mis à croupis et posa ses deux doigts sur sa tempe.

- ...Grenadine.
- Ces enflures de Reds nous envoient du poison hein?! Ils veulent la guerre!?
- Non en fait c'est juste qu'on a fait les courses et que bah..
- S'ils veulent la guerre, ils l'auront!
- Non mais---
- SHADDAP. Et toi, enfile ta tenue de combat! oublie ton passé d'Hypocondriaque, maintenant tu es un messager de la mononucléose!
* VOUS ÊTES PAS SÉRIEUX *
- EN AVANT ! ON ATTAQUE LES REDS!

Des cris de ralliements se firent entendre dans tout les coins; souvent des cris stridents et assez peu appréciables, mais très communautaires (sauf Barry, Barry doesn't give a shit). Tous attrapèrent leurs âmes, se préparaient à utiliser toutes les armes ou pouvoirs à leur disposition : ils ne jouent pas dans les règles, et ils vont mettre fin à cette guerre stupide! Eux, les Green Mononucleosis! et.... Shiro, contraint à suivre les opérations, habillé avec des fringues de cannibale des îles de pâques, avec un tomahawk enduit de peinture dans une main; qui faisait assez pâle figure devant l'armada de mitraillettes et snipers de peinture qui flottaient autour de la reine des pervers; ou encore l'énorme panneau de circulation plongé dans la peinture que se trimbalait le guerrier-taureau à poil.

---

BUTS: Cette fois-ci un nouveau groupe rejoins la partie. Il n'est pour l'instant doté que d'un seul membre sans compter les PNJs (les PNJs seront joués par moi,  SE:CA / Liliha E. Neferpitou; tous dans une réponse seule). Leur but est "d'avaler" tout les membres du RP et les convertir en leur propres membres pour écraser les deux camps en même temps. Cela dit, aucun des deux camps ne connait encore l'existence des Green Mononucleosis; et s'allier est définitivement hors de question. Comment vont-t-ils faire? quel sera le destin de cette bataille!?

Les personnages prioritaires pour ce tour sont : Shiro Nazake, Emma George, Jack Viper et Zenix Flame.
Vous avez 5h d'assurance pour répondre; passé ce délais, n'importe qui pourra griller votre tour.

• Shiro Nazake : Shiro est maintenant un Green Mononucleosis. Chargé d'assassiner autant de Reds que possible, la peinture de cette équipe est particulièrement différente de la simple peinture utilisée par les Reds & Blues; Cette peinture permet de reconvertir instantanément un personnage tué au Paintball, en un membre des Green Mononucleosis. Les PNJs seront convertis en espèce de zombis, tandis que les personnages joueurs touchés, eux, deviendrons des membres conscients. Tu as le droit durant ce tour, de convertir n'importe quel personnage non-réfugié dans un camp en Green Mononucleosis, en l'attaquant par surprise. (Immunisés : Angelika Anoka (Aile séparée) , Liliha E. Neferpitou (Infirmerie) --- Zenix Flame (Seulement si Zenix réponds avant Shiro) , Joshua Lockart (Seulement si Joshua réponds avant Shiro) & Kumo Kô (Seulement si Kumo réponds avant Shiro))

• Emma & Jack : Vos personnages n'ont pas arrêté de se battre l'un contre l'autre depuis une heure et demi déjà. Jack est à bout de forces et le golem d'Emma commence à manquer de munitions, mais la bataille épique se poursuit et le golem continue d'empêcher l'armée des bleus de foncer vers les Red Periods. Qui des deux triomphera? c'est à vous de décider!

• Angelika Anoka : Arme les bombes et amuses-toi à en poster un petit peu partout et prépare la contre-attaque! ....quand soudain, tu fais rencontre assez peu plaisante avec Thor, dans une ruelle. Affrontes-le et protèges tes bombes pour assurer la victoire des REDs!

• Joshua & Kumo & Zenix : Après avoir été correctement soignés, repartez dans la bataille. Cependant vous constaterez assez rapidement qu'il y a un certain problème du côté des rouges, qui semblent assez occupés à se battre contre les bleus, mais aussi un troisième groupe qui vous attaque aussi soudainement. Tentez de les repousser; ce n'est cependant pas garantis que vous en sortiez toujours aussi bleus. Dans le cas où Shiro aurait répondu avant vous et contaminé votre personnage en le changeant en Green Mononucleosis; Trahissez vos deux compagnons et affrontez-les!

• Azariah : Aucun but précis, vraiment. Avec le Knock-Out, t'as été rapattriée à la base avec un bleu :ba-dum-tss: sur le crâne. Je n'ai pas réellement de projets pour elle pour l'instant.

• Liliha : Je verrais quand j'y serais!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin
Messages : 159

Feuille de personnage
Expérience (EXP):
2740/3500  (2740/3500)
Points de maîtrise (JOB):
550/22240  (550/22240)
Tarôt: La Mort (Death)




MessageSujet: Re: Soul Eater Crysis : Arc "Soul Eater Nope!" partie 1 ↹ PUBLIC Mer 2 Juil - 13:17

Qui eut un jour cru que l'apocalypse s'annoncerait sous une couverture de vert. Certainement pas cette feignasse couchée sur un matelas, la joue écrasée contre un oreiller, un filet de salive coulant d'entre ses lèvres et liant ces dernières à la taie d'oreiller précédemment propre (et qui du coup ne l'était plus tant que ça maintenant qu'elle avait commencé à la bouffer dans son sommeil). Elle pouvait entendre les gens hurler dehors, elle pouvait aussi entendre les cris de souffrance, ou encore les ordres autoritaires d'une Medusa en panique. Elle pouvait aussi sentir Angelika lui lancer des coups de valise sur les fesses pour qu'elle se réveille; mais il n'y avait pas réellement moyen de tirer la Nekomata de son sommeil : elle faisait un profond, merveilleux et plaisant rêve où elle était une petite saloperie issue d'un clan de satanistes, qui passe son temps à tourmenter des lycéennes lesbiennes dans une classe d'assassins pour finalement toutes les faire baliser. Il allait être bien compliqué de la sortir de sa torpeur, et elle ne comptait pas réellement s'en tirer d'ailleurs. Grimaçant, la mécanicienne haussa les épaules et tourna la tête vers l'infirmière des Red Periods; celle-ci était quelque peu paniquée et donnait des ordres à tout le monde à droite et à gauche; comme quoi Medusa devait certainement être la véritable commandante actuellement. Angelika se gratta la tête, haussant les épaules et tournant les yeux vers sa petite télécommande qui affichait quelques numéros sur le moniteur, ainsi que quelques extraits vidéos de différents endroits de la ville : quatre, pour être précis. Il s'agissait là des vidéos installées sur les mines qu'elle avait disposé aux quatre coins de la zone de combat. Le plus effrayant était certainement cette progressivité de ce nouveau groupe qui venait tout juste de faire son entrée en scène et qui ne respectait manifestement pas le code de l'art de la guerre de paintball. Ce qui était arrivé aux Blues? quelque chose d'horrible. Ils étaient déjà talonnés par les rouges, et dépossédés de leurs armes.. ce fut évidemment le premier but des Green Mononucleosis de s'attaquer au camp le plus faible et les rallier à leur cause. Les bleus furent.. dévastés. Une attaque surprise dont personne ne s'attendait; un massacre sans merci, où gisaient au milieu d'un tas de peinture de nombreux corps précédemment bleus, qui maintenant couverts de vert, se relevaient tels de véritables macchabées vivants , tenant des armes de la couleur de leurs assassins. Il restait encore quelques résistants bleus aux quatre coins du champ de bataille, mais aucun d'eux n'arrivait à lutter contre les verts, qui annonçaient une puissance de frappe écrasante grâce à leur façon de tricher. Soudain, Liliha se réveilla, l'air un peu dans les vapes et son filet de bave s'arrêtant progressivement alors qu'elle regardait à droite et à gauche avec un air un peu perdu : Angelika semblait un peu stressée, Medusa était dans tout ses états, et Alucard venait à peine de se réveiller d'une atroce morsure alliée.. le chien qui l'avait attaqué était complètement K.O, sur la droite, en tout cas. Elle se frottait les yeux, descendait du lit et observa attentivement les alentours : à en juger par la tente, le nombre de personnes couchées un peu partout; elle n'était définitivement pas de retour à la maison, mais bien encore au milieu de la guerre. Elle soupira: elle avait juste envie de rentrer chez elle, mais comme elle ne retrouvait pas la maison des Freelancers, elle fut obligée de se poster ici et participer à tout ce bordel.

---

- Kotodama Shortcut: Green Paint Rain!

Des éclairs apparurent quelques instants sur sa langue, alors qu'elle sortait celle-ci d'entre ses lèvres comme une gamine moqueuse. Ces éclairs firent apparaître alors une sorte de petite fusée s'en allant dans les airs, et s'éclatant à quelques mètres dans le ciel pour finalement faire apparaître une véritable pluie de peinture verte s'écrasant sur tout le camp des bleus qui avaient déjà beaucoup trop de mal à tenir leurs positions. Ils étaient dévorés des deux côtés, aussi bien par les rouges que par les verts. Ces derniers renforçaient leurs armées avec les corps de leurs victimes, et il n'y avait aucun moyen qu'ils ne battent les verts qui annonçaient leur suprématie à l'aide de triches et de peinture zombifiante. Les blessés se relevaient et prenaient les armes; les morts se dressaient devant leurs anciens camarades et les abattaient de sang froid d'une balle de peinture derrière la nuque... cette guerre avait pris des proportions inhumaines, tout ça à cause de la reine des dépravées : Fukawa Kotoha. L'Esper à lunettes riait comme une folle en distribuant sa justice sur tout le monde, écrasant ses adversaires sans pitié en se déchirant la gorge avec l'usage de ses pouvoirs. Thor fonçait sur tout les adversaires, nu comme un ver et maniant un gigantesque coton-tige imbibé de peinture verte; envoyant valser ses cibles sur une dizaine de mètres à cause de sa force exagérée. Le pire était certainement qu'il n'avait pas besoin de frapper les donzelles pour qu'elles ne trahissent leur camp pour aller avec lui; après-tout il avait un argument bien plus convainquant que de la peinture, entre les jambes. Butcher continuait son massacre aux côtés de Shiro; distribuant les coups de hache en plastique, et l'autre égorgeant ses victimes les unes après les autres, les transformant en de plus en plus d'alliés potentiels. Il y prenait un malin plaisir, d'utiliser ses pouvoirs pour passer derrière ses adversaires et les transformer en nouvelles recrues. Assise sur un banc, la jumelle de Kotoha dessinait sur un carnet d'écriture, des pièges qui apparurent en temps réel sur le terrain : une trappe se forma sous un groupe de joueurs de paintball bleus qui tombèrent immédiatement dedans, dans une cuve remplie de peinture verte. Des pièges similaires se trouvaient maintenant sur tout le terrain... le nombre d'Hypocondriacs restants étaient estimés à 10; tandis que les Green Mononucleosis comptaient maintenant 140 membres, rien que ça. Guidant ses troupes, Kotoha finis par marcher à côté d'un corps étalé dans une rivière de vert; à peine vivant, et résistant encore un peu au contrôle zombificant de la mixture verdâtre. L'homme attrapa la cheville de l'intendante de Shibusen qui baissa les yeux vers lui avec un air dédaigneux... l'air d'une reine qui regarde un adversaire vaincu, ayant perdu tout intérêt à ses yeux. Cet homme était le précédent leader des Hypocondriacs, Henry. Il n'arrivait pas à parler; la peinture verte coulait sur sa bouche à chaque fois qu'il tentait d'ouvrir les lèvres. Mais son regard indiquait exactement ce qu'il essayait de dire à l'Esper... un regard pitoyable qu'elle ne pouvait supporter. Elle enfonça alors son pied nu et couvert de peinture verte en pleine face du noble et lui écrasa la face contre terre, écœurée, et continua son chemin. Il n'en resta plus que 9.

- On continue les gars! on en a bientôt terminé! ensuite on prendra tous des ballais et on nettoie les rues c'est compris?
- B...BUTCH....
- Huh?

Ce cri fut suivi d'un petit tremblement de terre, avec le son d'un lourd, très lourd objet s'écrasant sur le sol avec une certaine vitesse. Traîné par son propre poids, le zombie dégueulasse eut perdu l'équilibre et s'écrasa sur le sol comme une vulgaire mouche. Pourquoi? il avait été pris à revers par trois résistants. Shiro n'était guère dans une meilleure situation : un genoux par terre et les deux bras pendants, il était prêt à s'écraser sur le sol de la même façon. Il avait été touché aux articulations et souffrait le martyr... son visage fut écrasé par terre par l'un des trois résistants qui pointa une arme à feu en direction de la reine des dépravées qui ne semblait guère amusée : un homme aux cheveux hérissés, un bandeau rouge malgré le reste de sa tenue bleuâtre; suivit d'un militaire et d'une jeune fille détenant des fusils à pompe; ils s'annonçaient comme les derniers membres des Hypocondriacs à continuer à se battre; les autres ayant fuis "parce que c'est bientôt l'heure de l'émission télé". Trois canons pointés dans sa direction, Kotoha ne bronchait pourtant pas une seconde et les regardait tout les trois avec un air fatigué, soupirante et haussant les épaules en fermant les yeux.

- Allons-allons... posez ces jouets par terre et aidez-nous plutôt à écraser les rouges. ça dure depuis trop longtemps, j'ai sérieusement du mal à dormir avec tout ces hurlements. Les gens doivent en avoir marre aussi, vous avez vu quel bordel c'est depuis ce matin?! abandonnez!

Un sourire s'afficha sur les lèvres du loup qui abattit froidement Shiro, désormais hors-course. Le Shadow-Owner n'était pas parti sans avoir fait un excellent massacre du côté des bleus, responsable d'ailleurs de la plupart des assassinats dans les parties extérieures au champ de bataille principal, accompagné de Butcher. Peut-être allait-t-il pouvoir se reposer en toute tranquillité maintenant. Piétinant l'arrière du crâne de l'aveugle, Zénix afficha un air arrogant; comme le général dans son château en ruine. Il posa son fusil à pompe contre son épaule en levant les yeux sur l'Esper qui ne semblait pas prendre ces choses là à la rigolade, mais restait malgré tout observatrice. Il ne fallut pas plus de deux secondes pour qu'une nuée de canons soient pointés dans la direction des trois derniers Hypocondriacs encore en vie sur ce champ de bataille en ruines (enfin non.. techniquement il n'y avait pas un seul dégât où que ce soit, mais tout avait été peinturluré bizarrement à cause de la guerre de paintball). Celui qui pris la parole fut le militaire aux cheveux blonds qui ne se sentait pas particulièrement menacé par les flingues de l'armée verte qui protégeaient leur souveraine exhibitionniste. Il était l'inverse complet du loup de flammes arrogant. Cet homme avait un regard honnête, mais compréhensible, mais bien trop naïf. Il ne changeait pas d'une seule seconde la direction d'où pointait son arme; sachant pertinemment que les soldats verts n'oseraient pas prendre le risque que leur dirigeante ne soit blessée.

- Nous nous battons pour nos croyances et nos convictions!
- Personnellement je me bats pour étaler ma glorieuse influence.
- Chacun ici se bat pour une cause à défendre, vous ne pouvez pas simplement faire taire tout le monde en nous écrasant et en nous manipulant! quelles sont vos croyances!?

Kotoha laissa s'échapper un petit rire alors qu'elle croisait les bras sous sa poitrine, baissant la tête et laissant ses mèches de cheveux couvrir le haut de son visage. Son rire devenait graduellement de plus en plus moqueur, alors qu'elle commençait à avancer doucement dans leur direction sans la moindre crainte. Zénix, Kumo et Joshua levèrent leurs armes au rythme de son avancée, et avaient tous un doigt sur la gâchette lorsque la jeune femme commença à parler. Elle leva la tête, afficha un air des plus vicieux en posant ses deux mains sur ses hanches et en se penchant légèrement en avant.

- Je crois aux jolies, séduisantes et délicieuses petites minettes. Je crois aux bons coups, je crois en l'alcool, je crois en plein de choses. Mais je ne crois pas en l'opinion général, aux convictions, aux idéaux ou à toutes ces conneries qui m'empêchent d'apprécier ma grasse-matinée au lit avec ma soeu-------..amie.

On aurait dit qu'elle avait étouffé un mot important, néanmoins, les trois derniers bleus firent genre de n'avoir rien entendu et se contentèrent d'écouter ce qu'elle avait à dire. Mais plus elle parlait, plus son aura devenait.. dangereuse.

- Tu ne penses pas que ça a assez duré? on en est à trois pages de RPs, et les gens sont de plus en plus fatigués. Il serait temps que les bleus aillent se coucher une bonne fois pour toutes.. les rouges viendrons vous rejoindre après. Tu peux toujours me tirer dessus, mais je ne garantis pas que vous vous en sortirez vivants.

Tout en parlant, Kotoha tourna les yeux vers cette véritable armada de gens couverts de verts qui pointaient leurs armes diverses et variées en direction du groupe de trois personnes qui étaient maintenant complètement encerclées. Sa phrase était assez explicite mais...serait-t-elle assez convaincantes pour que les bleus ne baissent leurs armes et acceptent la soumission une bonne fois pour toutes? rien n'était moins sûr. Un rictus mesquin s'afficha sur les lèvres de Kumo qui semblait avoir un petit peu perdu la raison avec toutes ces fois où elle avait été maltraitée durant cette pseudo-bataille : elle affichait maintenant exactement le même air qu'elle affichait lorsque le Shinigami se trouvait près d'elle. La face d'une psychopathe dénuée de sens de l'humanité, trigger-happy qui rit pour rien et torture son visage sous des expressions cauchemardesques. La jeune femme colla le canon de son arme à la joue de la reine des dépravées qui ne bougeait pas d'un pouce, et souriait même un petit peu en tournant les yeux vers cette gamine pleine de cran.

- Heheheheehehehehe....
- T'es mignonne toi dis-donc ♥
- Qui...t'as dis qu'on comptait s'en tirer vivants heeeeh?
- Hu...Huh?

Les yeux de Kotoha s'ouvrirent en grand lorsqu'elle remarqua cette chose qu'elle n'avait pas pu voir sur les deux autres garçons qui affichaient ce même sourire psychotique. Quelque chose qu'elle aurait du regarder depuis le début, mais qu'elle n'avait pas eut l'occasion de voir attaché à leurs vêtements avant qu'un vent léger ne lève une partie de leurs hauts : des bâtons de dynamite de peinture étaient accrochés à eux, avec un minuteur. Il n'y avait aucun doute là dessus.. ça allait exploser dans un grand rayon dans quelques secondes seulement. Elle laissa un cri s'échapper d'entre ses lèvres en reculant, prête à tirer la langue pour faire apparaître n'importe quoi pour se protéger à l'aide de son Kotodama... mais trois balles de peinture bleu partirent immédiatement dans son épaule droite et sa hanche gauche. Immédiatement, une nuée de balles vertes vinrent fusiller les trois derniers Blue Hypocondriacs qui rièrent simultanément dans leur démence finale, les bombes vertes s'apprêtant à se déclencher.

- POUR LES HYPOCONDRIACS!
- POUR MA GLOIRE!!
- POUR NARNIAAAAAAAAAAAAAAA!!

Kotoha positionna ses bras en croix devant sa tête en espérant faire une sorte de barrage aux trois gigantesques explosions qui n'allaient pas tarder à recouvrir une bonne partie du terrain de bleu. C'était foutu pour elle... en tout cas c'est ce qu'elle pensait avant que Thor ne se jette sur les trois suicidaires tel un joueur de Football Américain et ne les plaque au sol une seconde avant l'explosion: les détonations de peinture furent toutes les trois principalement amorcées par le corps de l'homme-taureau qui avait des réactions un peu bizarre en se faisant exploser le torse à coup de peinture bleue, tel qu'un rougissement ou un petit cri de plaisir; avant qu'il ne s'évanouisse sur les trois cadavres, tous étalés dans une marre de peinture bleue. ça n'avait malheureusement pas empêché tout les dégats de l'explosion: une bonne partie du flanc arrière de l'armée des verts fut recouvert de peinture bleue et instantanément abattu... dans l'explosions, ils avaient perdu au moins 40 de leurs membres. La reine était sauve, mais trois de leurs meilleurs combattants étaient maintenant hors combat... Un peu choquée, Kotoha s'avança près de Thor et tomba sur les genoux, larmoyante. Elle posa sa joue sur ses fesses et l'enlaça.

- Ton sacrifice ne sera pas vain... je me souviendrais de ton magnifique et excitant petit cul jusqu'à la fin de mes jours...

Après deux secondes de recueillement pour le derrière de Thor; Kotoha se leva et sécha ses larmes; rapidement rejointe par le top-modèle dépressif qui semblait toujours aussi hors du contexte en regardant un peu partout avec l'air déprimé d'un type qui a vu toute sa famille se faire massacrer devant ses yeux : Barry posa une main sur l'épaule de la leader des Green Monoclueosis qui avaient perdu trois membres des plus importants de leur armée dans une attaque suicide lâche et terroriste. Un flash-back de tout ces bons moments, tout ces bons souvenirs passés avec Shiro, Butcher et Thor, passa à l'écran avec un filtre sépia. Des souvenirs intenses et profonds de ces vingt dernières minutes... que c'est émouvant. Replaçant ses lunettes sur son nez maintenant un peu rougis par les larmes, au même titre que ses yeux; Kotoha affichait un air des plus déterminés en se tournant en direction du camp des rouges.. là où la bataille finale se passerait. Ils devaient gagner, peu importe comment.. pour la gloire des verts, pour le magnifique jupe de Shiro, pour les tétons swaggy de Butcher, et pour le magnifique cul que Thor.

- ....On doit gagner!!

---

C'en était fini des Blue Hypocondriacs. Plus un seul soldat ne tenait debout.. tous avaient été exterminés jusqu'au dernier. Les rouges commençaient alors à subir les premières vagues déferlantes de la contamination verdâtre sur leurs défenses. Inutile de dire à quel point l'heure était grave pour les Red Periods. Combien de temps allaient-ils tenir? ils n'en avaient pas la moindre idée. Mais une chose était sûre : ils devaient faire le tout pour le tout pour le tout pour le tout. Tous avaient été témoins ici grâce aux caméras des mines postées dans la ville, de la bravoure de leurs éternels adversaires bleus qui avaient succombé à la folie des verts, et ne s'étaient rendus sous aucun prétexte. Ils avaient combattu jusqu'à leur extermination complète, et ce avec le sourire aux lèvres, l'arme au poing, et la main sur la bi---

- En gros, ils se sont fait démonter comme des daubes hahahahaha!

C'était sûrement pas le meilleur moment pour qu'Angelika se mette à se marrer toute seule pendant que tout le monde stressait (sauf Alucard, Alucard doesn't give a fuck); mais c'était sa seule façon de se calmer avant ce qui allait leur tomber dessus. Le dernier espoir des rouges, c'était ces mines, et rien d'autre. Ils n'en possédaient que quatre, juste assez pour recouvrir les principaux accès vers la base.. mais pas assez pour massacrer 103 soldats verts, utilisant en plus leurs capacités de Soul-User pour transgresser les règles des Red Periods (Get it? muwahahahaha). Tout le monde était réunis dans la pièce, tout le monde était armé, et un peu ammoché aussi. La tête dans les godasses, d'autres dans un sceau de vomi avec le stress; ils allaient tous devoir se donner corps et âmes dans cette bataille finale qui décidera de l'ultime suprématie, la bataille qui montrera définitivement qui a la plus grosse...cartouche de peinture. La petite Nekomata regardait à droite et à gauche au fil des discussions, et il faut dire que c'était assez confus : on ne savait pas trop quoi faire, ni qui était vraiment aux commandes.. on aurait surtout dit un débat pour la prochaine mise-à-jour de Youtube, c'est à dire, un débat dans lequel personne ne s'écoute, histoire de produire un résultat monstrueux et difforme.

- L'idée serait de poster la plupart de nos soldats dans les voies les moins couvertes par les mines pour défendre l'accès à la base.
- Mais ils vont nous gêner si on fait exploser les mines!
- Pourquoi on envoie pas Bridget ?
- PAS D'ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE, ALUCARD! on va encore tous finir en taule, comme la semaine dernière!
- On pourrait tricher nous aussi-ssu!
- Le Bushido de la guerre de peinture nous l'interdis, même si nos adversaires le font! il doit bien y avoir un autre moyen de les arrêter, n'importe quoi... Angelika, sur combien de mètres l'explosion de peinture d'une seule mine devrait s'étendre?
- 100 mètres, peut-être 200 pour celles que j'ai remplis à ras-bord...

La sorcière aux serpents portait son pouce à ses lèvres et mordit son ongle peinturluré de noir. Elle tournait les yeux vers le moniteur où on pouvait voir les verts lutter avec les dernières défenses des rouges qui tombaient les uns après les autres comme de vulgaires moucherons expulsés par les précédents combattants bleutés reconvertis en gazon. Ils ressemblaient à des zombies... des monstruosités assoiffées de peinture. Ils n'avaient qu'extrêmement peu de temps pour contre-attaquer, et surtout, ils ne pouvaient pas laisser leur propre armée se retourner contre eux. Angelika haussa les épaules et voulu tester l'une des mines télécommandées en appuyant sur le bouton de destruction... le "Potchi" du bouton se fit entendre. 5 fois d'ailleurs; mais aucune explosion ne retentis, et aucun soldat sur le front ne fut sauvé par une quelconque explosion rougeâtre. Medusa tourna les yeux vers Angelika, Alucard également, puis Liliha, et tout les soldats... jusqu'à ce qu'elle ne se rende à l'évidence, pose la télécommande par terre et se gratte la tête en affichant un air niais.

- Hahahaha... y'a plus de piles.
- ............
- ............
- ............

Un long silence s'en suivit. Un silence qui n'en était pas exactement un puisqu'on pouvait entendre les déchaînements de souffrance à l'extérieur de la tente, assez près d'eux d'ailleurs. Ne supportant guère plus longtemps cette situation, Medusa lança un grand coup de poing derrière le crâne d'Angelika qui se baissa immédiatement et lâcha un "Aïe!!" avec une petite larme coulant de sa joue. La scientifique était visiblement à bout, elle commença à hurler.

- BIEN ! BAH MAINTENANT ON VA DEVOIR ACTIVER CES SALOPERIES MANUELLEMENT! FAN-FUCKING-TASTIC BOYS! Qui se sent de se faire sauter la gueule à quatre locations différentes pour stopper ces salops!? personne!? magnifique! on est foutus! autant déposer les armes!
- JAMAIS!

Soudainement tout les regards furent tournés vers la Nekomata aux cheveux blonds qui avait ré-enfilé ses vêtements habituels, et tenait entre ses mains une mitraillette de peinture. Elle avait élevé sa voix plus haut que celle de Medusa pour bien se faire entendre. Il était maintenant temps de l'habituel discours motivant de dernière minute sur la puissance de l'amitié et de la confiance en soi.

- On ne peux pas juste laisser ces zombies réduire nos convictions à néant. On s'est lancés dans cette guerre pour prouver que les autres sont des imbéciles et qu'on a raison... c'est pas la raison de toutes les guerres-skaa? on a voulu prouver qui a la plus grosse, et on va le faire! on va leur montrer qu'on ne se laissera pas faire-ssu! on leur fera avaler nos boules de peinture en deepthroat! Tout ces zombies font tomber au sol comme les bouts d'humains rapiécés qu'ils sont, et on rentrera tous chez nous avec la satisfaction d'avoir tabassé des vieux et des enfants sans avoir été mis en taule! Rien ne peux égaler le sentiment que de propager le crime tout en restant légal et impuni! c'est le rêve de chacun-ssu!
- AMEN!
- Aujourd'hui j'ai appris quelque chose d'important. C'est qu'écraser la face d'un quinquagénaire se noyant dans une marre de peinture, me procure plus de satisfaction qu'un millier de concerts de Speedwagon. On doit savourer ce plaisir! encore et encore! jusqu'à ce qu'on en dégueule-ssu!
- HALLELUJAAAAAA!


Le discours avait apparemment été suffisant (et incompréhensible) et juste assez pour motiver les troupes qui se mirent à hurler des conneries diverses et variées. Alucard était déjà en train de consulter sa liste de gamins qu'il allait pouvoir puncher en pleine face gratuitement pour avoir insulté sa petite soeur de weirdo (en même temps on leur reprochera pas d'avoir dis à Eskarina exactement ce qu'elle est...) et se réjouissait comme un enfant dans un magasin de jouet. Un enfant armé de deux Desert Eagles de peinture, avec des balles assez puissantes pour détruire la cage thoracique d'un bodybuilder. Medusa haussa les épaules, un petit sourire apparaissant sur ses lèvres... un sourire contagieux, car celui-ci se propagea aussi sur la plupart des visages. Medusa, Angelika, Alucard et Liliha... quatre personnes pour quatre bombes. Ce n'était plus le moment de jouer aux infirmières, ceux qui seront blessés ne reviendrons pas vivants de toutes façons. La sorcière aux serpents jeta sa blouse en arrière et sortit de nulle-part deux revolvers de peinture en affichant un sourire sadique.

- Parfais. Alors amusons-nous une dernière fois les enfants. Je m'occuperais d'amorcer la bombe sur la place des noyés.
- Dans ce cas je me charge de celle dans la rue de euh...enfin celle qui est à gauche quoi.
- Je ferais péter la première que je trouve.
- Doooonc je m'occupe de la seconde bombe sur la place des noyés-ssu!

Les quatre bombes de peintures étaient disposées à des endroits à la fois exposés, et à la fois cachés, un peu partout sur la carte. Celles-ci se trouvaient dans des endroits tantôt intelligents, tantôt stupides. Dans tout les cas, les Green Mononucleosis n'avaient pas la moindre idée d'où ces armes de destruction massives se trouvaient; et ils n'avaient peut-être même pas la moindre idée qu'elles existaient pour commencer. On pouvait voir à l'écran les troupes se diriger de plus en plus rapidement vers le camp des rouges, par les quatre seuls chemins possibles. Angelika se mit à sourire, haussant les épaules et commençant à placer sa main au dessus du vide au milieu de l'assemblée, tournant la tête à droite et à gauche pour un geste de rassemblement amical. Liliha plaça sa main sur la sienne; s'en suivit de Medusa, Azariah, Yowaki, Emma, son Golem, La patte de Lucapo, et les 75 PNJs restants, un par un.... puis Alucard, qui posa ses cartouches sur les dos des mains histoire qu'on les-lui-tienne pendant qu'il recharge son arme; n'ayant visiblement rien à foutre de ce rassemblement magnifique. La plupart ignorèrent ce geste d'égocentrisme. La leader des Red Periods tourna alors la tête vers toute la troupe de gens prêts à donner leur vie une bonne fois pour toutes dans cette bataille finale. Tout ces personnages colorés mais sans visages parce que comme on est en 2014 à cette époque, les persos secondaires sont quand même coloriés mais sans détails (on duplique quatre ou cinq fois le même mec aussi).

-Angelika Anoka, gourou des Red Periods; je vous remercie tous d'avoir fait votre possible pour montrer qu'on n'était pas une bande de psychopathes qui voient des illusions.
-Medusa Gorgon, infirmière en chef des Red Periods; .... Au lieu de ça on passe pour des psychopathes qui impriment leurs idées dans le crâne des gens par la force...
-Crimson Fucker, chasseur de papes et conquérants depuis 1441. ça me rappelle quelqu'un...
- Mina Dholak! j'ai la dalle...
- Wrufff Wrrrrufff !
- Yowaki Saulo, DJ en devenir; Gentlemens ce fut un plaisir de Mixer avec vous.
- Emma Georges, trop précieuse pour être affiliée à votre niveau; Je suis un peu triste de ne pas avoir vu ce foutu boucanier s'évanouir dans sa propre bave... enfin.
- PNJ#22!

s'en suivit de toute une vague de PNJs lançant leurs noms les uns après les autres sans qu'on en ai strictement rien à faire. Une fois le plan mis en place... il était temps de briller. Les Red Periods quittèrent tous la tente, sans exception, s'en allant à ses endroits différents de la carte pour anéantir les Green Mononucleosis une bonne fois pour toutes. 50 contre 103... la bataille décisive dépendra de ces mines. Rechargeant leurs armes, ajustant leur équipement, laçant leurs chaussures, ou pissant derrière un buisson... tout le monde se lançait dans la bataille décisive. Les Green Mononucleosis, et les Red Periods n'attendaient plus que le signal. Les deux commandantes se regardèrent droit dans les yeux, séparées par une centaine de mètres; leurs armées derrière elles. Kotoha et Angelika ouvrirent les lèvres simultanément et....

- A L'ATTAAAAAAAAQUE!!
- GOOOOOOOOOOOOOOOO!!

Les deux armées se lancèrent l'une sur l'autre; certaines divisions des deux camps se séparèrent durant l'assaut dans des directions différentes. Les rouges pour amorcer les bombes, et les verts pour les talonner.. qui s'en sortira!? quelle sera l'issue de ce match!? C'est le dernier tour!

---
[size=10]On y est! dernier tour de l'Arc. Tout les personnages de l'équipe Blue Hypocondriacs sont maintenant chez les Green Monoclueosis. Zombifiés ou agissant de leur propre volonté, vous vous retrouvez une fois de plus contre les rouge, et allez devoir faire de votre mieux pour les empêcher d'atomiser toute la place avec de la peinture rouge. Les Green Mononucleosis ont le droit d'utiliser leurs pouvoirs en tant que Soul-Users, mais sans tuer les adversaires ou les blesser gravement. Les Red Periods n'ont en revanche pas ce "bonus"... Le but des Red Periods sera d'activer les quatre bombes et éliminer tout le monde d'un seul coup, tandis que celui des verts est de tout simplement convertir tout le monde. Les rouges ont un handicap mais pourront-ils s'en sortir? ceux qui ferons le meilleur RP pour leur équipe augmenterons les chances de victoire! Pour ce tour, il n'y a pas de limitation de 5 posts; ni de limitation de lignes. Vous allez tous pouvoir poster une toute dernière réponse pour achever l'action de votre personnage dans cette guerre. Je serais le dernier à poster et à décider l'issue de la bataille finale.

REGLE SPECIALE : Vous ne pourrez pas éliminer un personnage joueur durant ce tour, du moins, pas directement. Si vous comptez mettre hors-course un personnage joueur, votre post devra s'arrêter au moment où vous lancez votre attaque; mais vous ne pourrez aucunement décider si celle-ci a été effective ou non. En effet, la destinée du personnage dépendra en grande partie de s'il y a quelqu'un pour se sacrifier pour la sauver ou non. ça doit être particulièrement stratégique, alors utilisez votre vie à bon escient. Pour, par exemple, protéger les personnages avec des pouvoirs plus utiles que les vôtres, ou un rôle plus important.

• Angelika / Alucard / Medusa / Liliha : Rejoignez les emplacement des bombes aussi rapidement que possible et amorcez-les pour repeindre tout le quartier de rouge et remporter la victoire. Vous serez tous accompagnés de plusieurs soldats pour vous protéger; mais les Green Mononucleosis sont bien plus nombreux que vous.

• Kotoha / Sheena : Utilisez les pouvoirs d'Esper pour faire un maximum de dégats sur tout le terrain. Cependant, vous serez extrêmement vulnérables durant ces moments là.

• RED PERIODS : Affrontez les Green Mononucleosis et protégez du mieux que vous pouvez les déclencheurs des bombes de peinture. Vous pouvez sacrifier votre personnage pour assurer la survie de l'un d'eux. C'est une véritable course à l'immunité. Si vous préférez attaquer directement l'une des deux Espers des Green Mononucleosis, vous pouvez également le faire; mais vous perdrez l'occasion d'immuniser un déclencheur de bombes des attaques des Green Mononucleosis... si personne ne protège les soeurs, en revanche, vous aurez frappé d'une pierre deux coups. Réfléchissez bien.

• GREEN MONONUCLEOSIS : Affrontez les Red Periods et protégez du mieux que vous pouvez les soeurs Fukawa. Vous avez le droit d'utiliser vos capacités de Soul-User, mais pas pour tuer ou infliger de graves blessures. Par ailleurs, bien que vous soyez capable d'utiliser vos pouvoirs; votre personnage sera largement plus faible que d'habitude, car zombifié. Tout comme les Red Periods, vous aurez le choix entre attaquer directement l'un des quatre déclencheurs de bombes, au risque cependant de vous faire avoir vous-même sans atteindre votre cible; ou vous pouvez utiliser votre personnage pour protéger les chefs de Green Mononucleosis afin que les troupes restent soudées et offrent une meilleure chance de conquête.

Vous avez deux jours pour répondre, pas d'ordre de réponse particulier à part que je répondrais en dernier pour clore le RP! Enjoooy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soul Eater Crysis : Arc "Soul Eater Nope!" partie 1 ↹ PUBLIC

Revenir en haut Aller en bas
 

Soul Eater Crysis : Arc "Soul Eater Nope!" partie 1 ↹ PUBLIC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» amv soul eater 2
» Twice Soul [RPG] {En attente}
» (jules) i lose my rhythm, lose my soul
» Quelle partie de votre cerveau utilisez-vous ?
» Lien vers une partie de texte dans la même page

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Gestion-